Ottawa Fury, Quel Avenir?

Si vous demandez à un fan de soccer ce qui a attiré son attention dans les médias canadiens au cours des dernières semaines, il y a de fortes chances que ce soit la saga entourant le Fury d’Ottawa. Sans surprise, cette histoire a suscité les passions et soulever bien des interrogations. Retour sur ces dernières semaines agitées.

Le 5 septembre 2018, le Fury d’Ottawa annonce sur son compte Twitter que le club va jouer la saison 2019 en United Soccer League (USL, D2 américaine), alors qu’il avait été pressenti dernièrement dans une autre division.  Après un été d’euphorie marqué par les annonces successives de création des sept franchises de CPL (Canadian Premier League), il apparaissait tout naturel que la huitième et dernière franchise soit à Ottawa, la capitale, afin de boucler la boucle. Suite à cette annonce, les dirigeants de la CPL décident de jouer fair-play en envisageant divers scénarios: une ligue à sept équipes, une équipe à Ottawa autre que le Fury ou une huitième équipe dans une autre ville. Malheureusement, le temps file et les dirigeants de la CPL se font à l’idée que la saison inaugurale se fera avec seulement sept clubs. Entre temps, les équipes se mettent en place, laissant difficilement présager un huitième club inattendu. Les fans de CPL attendent une réaction de la Canadian Soccer Association (CSA), l’entité autorisant le Fury à participer à la USL, une ligue américaine. La  CSA, par son silence, semble préférer le statu quo, malgré son soutien inconditionnel à la CPL.

Eddie_and_Jamar
Photo via OttawaFury.com

Le 12 décembre 2018, coup de théâtre!  Les dirigeants du Fury annoncent que la Confédération de football d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes (CONCACAF) a interdit au club de participer au championnat USL en 2019. Le lendemain, la CONCACAF émet un communiqué qui précise que le Fury n’a déposé aucune demande pour participer à la USL en 2019. La CONCACAF ajoute qu’à son avis le Fury ne se trouve plus dans une situation exceptionnelle lui permettant de jouer dans une compétition organisée par une autre association. Il faut rappeler que les règlements de la FIFA prévoient des situations exceptionnelles pour qu’un club participe dans une compétition d’un autre pays. De l’avis de la CONCACAF, le Fury n’est plus tenu de participer dans la USL avec l’arrivée d’une ligue canadienne: la CPL.

Commencent alors diverses spéculations quant à la responsabilité de la CPL, la CSA, le Fury, la USL et la CONCACAF et son président canadien, Victor Montagliani. Les fans du Fury, divisés sur l’adhésion du club à la CPL, se mobilisent et forment le mouvement #SavetheFury, largement inspiré du mouvement #SavetheCrew en Major League Soccer (MLS). L’avenir de la CPL, du Fury et même des autres clubs canadiens jouant dans les ligues américaines est remis en cause.

Mark Goudie, président du Ottawa Sport and Entertainment Group (OSEG), compagnie propriétaire du Fury, effectue diverses interventions médiatiques pour défendre le club.

Le 19 décembre 2018, le Fury dépose une requête au Tribunal arbitral du sport (TAS), basé en Suisse, afin de régler le litige qui l’oppose à la CONCACAF. Débutent alors de nouveaux débats juridico-sportifs sur l’issue éventuelle de cette requête et sur les conséquences de cette décision.

Deux jours plus tard, le 21 décembre 2018, le Fury annonce que la CONCACAF autorise le club à participer à la USL en 2019 et que la requête au TAS n’est plus considérée comme urgente. Le jour même, la CONCACAF répond par un nouveau communiqué indiquant qu’elle autorise le Fury à participer à la USL uniquement en 2019 et qu’il manque également l’approbation de la FIFA, tout en critiquant la campagne de relations publiques du Fury durant le processus.

 

La suite?

Actuellement, la situation du Fury semble être fixée pour 2019. Par contre, la CONCACAF  lui a clairement lancé un avertissement pour 2020. Avec l’expansion éventuelle de la CPL, qui vise 10 équipes pour 2020, il semble évident que le club de la capitale fait office de candidat idéal, avec un propriétaire sérieux, des fans fidèles, un grand stade et des joueurs canadiens. Naturellement, il semble évident que les dirigeants du Fury suivront avec attention le niveau et surtout le sérieux de la CPL lors de la saison inaugurale. Dans le cas où le TAS devra se prononcer sur la présence du Fury dans une ligue américaine, les conséquences d’une telle décision auront des répercussions importantes sur le Fury, la CPL et même le soccer mondial.

4 Replies to “Ottawa Fury, Quel Avenir?”

  1. Merci pour ce bel article. Le Canada mérite d’avoir sa propre ligue, constituée de joueurs canadiens, ce serait le début d’une ère nouvelle pour le Soccer canadien. En attendant, le suspense est total quand à l’avenir de la CPL, mais au regard des démarches positives des instances canadiennes du Soccer, le meilleur est à venir !!! Tenez nous au courant monsieur Daniel Cameron !!!

    J'aime

  2. Il y a seulement une reponse: la futur pour football en Ottawa est dans la CPL. Il n’y est pas des autres choises. Si OSEG ne voudriez pas joindre, l’equipe va mourir, et quelque chose autre va assembler une equipe nouveau dans Ottawa.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s