Menotté, Rémi Garde ne s’avoue pas vaincu

Après une fin de saison 2018 encourageante, l’Impact de Montréal a débuté son camp d’entrainement le lundi 21 janvier afin d’être prêt pour le début de la saison MLS. Les attentes concernant le mercato hivernal sont énormes en 2019 et plusieurs partisans espéraient voir le club recruter des joueurs de très haut niveau en provenance d’Europe grâce au large réseau de Rémi Garde. En date d’aujourd’hui, la montagne semble avoir accouché d’une souris. Confronté à une masse salariale élevée, le bleu-blanc-noir a dû se montrer intelligent dans son recrutement tout en essayant de renforcer l’équipe à des positions-clés. Faut-il avoir de l’espoir en 2019 ou devrait-on s’attendre à une autre saison en demi-teinte?

Là où le bât blesse :

Comme l’indique le titre de l’article, les choses ne sont pas si simples pour l’entraineur français Rémi Garde. Obligé de composer avec les mauvaises décisions prises par le club dans le passé comme les contrats faramineux octroyés à Victor Cabrera et Jeisson Vargas (qui prennent chacun une place internationale aussi), Garde a dû se contenter de faire avec les moyens financiers à sa disposition. Pas d’Umut Bozok en provenance de Nîmes, pas de Hatem Ben Arfa ou de Clément Grenier et surtout, au plus grand dam des partisans, pas de prolongation de contrat pour l’excellent Rod ‘Papy’ Fanni. Le salut ne viendra même pas de la somme récoltée lors du transfert de l’uruguayen Alejandro Silva pour une somme record de quatre millions de dollars canadiens. En effet, Rémi Garde a mentionné que cet argent avait déjà été utilisé afin de prolonger certains cadres de l’effectif comme le gardien Evan Bush, le latéral gauche Daniel Lovitz et le latéral droit Bacary Sagna.
Cette déclaration de l’entraineur français ne doit surprendre personne. En effet, lors du point de presse avec les médias à la fin de l’année 2018, le président-propriétaire du club Joey Saputo a mentionné qu’il perdait un peu plus de dix millions de dollars canadiens par année! La prudence entrevue durant le mercato hivernal en date d’aujourd’hui ainsi que la hausse du prix des billets au stade Saputo dans l’optique de se rapprocher d’un équilibre budgétaire semblent faire grincer les dents des supporters du bleu-blanc-noir.

Là où le vin coule à flots :

Joey Saputo a promis du changement dans sa façon de faire les choses et c’est ce qu’il a fait. Le propriétaire de l’Impact de Montréal ainsi que du club de Bologne en ‘Serie A’ a annoncé la création d’une cellule de recrutement conjointe entre ses deux clubs. Cette cellule permettra aux deux clubs de travailler ensemble afin de dénicher le talent à travers le monde. De plus, l’embauche de Vassili Cremanzidis en provenance des Earthquakes de San Jose ne doit surtout pas passer inaperçue! Originaire de Montréal, Cremanzidis a une connaissance approfondie des règlements complexes de la MLS et amène une nouvelle dimension au staff technique dans l’évaluation des recrues potentielles jouant déjà dans la ligue nord-américaine. L’invitation de Chris Wehan au camp d’entrainement de l’équipe première en est un parfait exemple ainsi que le recrutement de l’attaquant argentin Maximiliano Urruti qui évoluait du côté du FC Dallas.
D’un autre côté, Rémi Garde a lui aussi fait sa part du travail en recrutant Harry Novillo qu’il avait déjà eu sous ses ordres à l’Olympique Lyonnais dans le passé ainsi que le capitaine actuel de l’équipe réserve du club lyonnais Zachary Brault-Guillard qui s’est présenté au camp d’entrainement de l’équipe (tout comme l’autre international espoir canadien Émile Legault passé par le centre de formation de l’AJ Auxerre).
Ajoutez à ces changements, les nominations de Patrick Leduc (légende du club) en tant que directeur administratif des opérations soccer et de Kevin Gilmore (ancien vice-président exécutif de l’équipe de hockey de Montréal) en tant que nouveau président du club et vous avez une structure organisationnelle pleine de promesses pour l’avenir du club sur le court, moyen et long terme.

Verdict :

L’Impact de Montréal continue sa révolution entamée au début de l’année 2018 et semble avoir passer un palier au niveau organisationnel grâce à tous ces changements. Si l’effectif actuel du club peut paraitre plus ou moins égal à l’effectif de 2018 en termes de qualité, Rémi Garde semble confiant avant d’entamer la saison 2019. Comme toujours, seuls les résultats sur le rectangle vert nous permettront de porter un jugement final sur le club.

One Reply to “Menotté, Rémi Garde ne s’avoue pas vaincu”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s