Chattanooga : Une ville divisée

Chattanooga est une ville de 180 000 habitants. En à peine cinq mois, elle est passée de zéro à deux clubs professionnels. Comment cette ville s’est retrouvée avec deux équipes professionnelle? Comment cohabitent-elles ensemble? Est-ce que la ville pourra le supporter? La réponse ici.

 

Chattanooga FC, le club d’une région

Depuis 2009, le Chattanooga FC (CFC) est le club phare de la région. Il est, à la base, fondé par un groupe de neuf investisseurs qui décide d’établir une franchise de NPSL (4e division, semi-pro) dans la quatrième plus grande ville du Tennessee. Ce club devient alors un pionnier du soccer de l’État . Dès ses premières saisons, le club est compétitif et participe à la finale de NPSL à deux reprises lors de ses quatre premières années. Malheureusement, il n’arrive pas à soulever le moindre trophée.

Chattanooga FC évolue au Finley Stadium, stade de l’université du Tennessee pouvant accueillir jusqu’à 20 660 personnes. Ce choix sourit au CFC qui est l’un des clubs les plus populaires de la NPSL depuis sa création. Il est d’ailleurs, le deuxième club qui a attiré le plus de personnes en NPSL lors de la saison 2018, ayant en moyenne de 3 300 supporteurs à ses rencontres, tout juste derrière le Detroit City FC et ses 5 500 fans. Il devient aussi le seul club de la NPSL à avoir accueilli plus de 10 000 spectateurs lors d’un match, et ce à quatre reprises. En 2015, lors de la finale de NPSL face au Cosmos de New York, Il bat encore son record d’affluence en accueillant 18 227 personnes. Depuis ses tout débuts, le CFC a la chance d’entretenir des rivalités avec d’autres clubs de la région comme les Knoxville Force, l’Inter Nashville FC, le Memphis City FC et le feu Nashville FC, désormais nommé Nashville SC (qui rejoindra la MLS en 2020).

En janvier 2017, Chattanooga annonce un partenariat important entre lui et le VFL Wolfsburg, club de Bundesliga. Ce partenariat est, en partie, dû au sponsor du CFC, Volkswagen, qui est aussi le propriétaire du VFL Wolfsburg. En effet, la compagnie allemande possède une usine de production dans la ville de Chattanooga. Cette entente permet aux deux clubs de partager leurs connaissances footballistiques et de potentiellement organiser des matchs amicaux dans le futur. Quelques semaines après cette entente historique pour le club bleu et blanc, Chattanooga est le premier adversaire de l’histoire d’Atlanta United, alors que 12 000 spectateurs assistent à la défaite 4-0 du CFC.

2 (ChattanoogaFC)
Photo via ChattanoogaFC.com

La saison 2018 est la meilleure de son ère semi-professionnelle. Le club bleu et blanc va très bien financièrement et sportivement. Malheureusement, il s’incline en finale de conférence face aux Silverbacks d’Atlanta mais continue d’inspirer ses supporteurs en étant proche de sa communauté grâce à son académie et son équipe féminine. Le CFC attire de grandes foules pour un club semi-professionnel et a désormais une entente transatlantique avec un club de Bundesliga (première division allemande). De plus, il il multiplie les affrontements face aux clubs de la MLS lors de la présaison. Toutefois, une grosse nouvelle arrive à la fin de la saison 2018. La USL annonce la création d’un club professionnel à Chattanooga pour la saison inaugurale de la USL League One (3ème division américaine) et quelques membres du club sont annoncés dans la nouvelle équipe. Le club se déchire en deux et sa viabilité est mise en jeu.

 

Arrivée du Red Wolves

Le 1er aout 2018, la saison de NPSL est à peine terminée pour le CFC qu’une conférence de presse est organisée à Chattanooga. La USL est en ville afin d’établir une équipe dans sa toute nouvelle USL League One, le nouvel troisième échelon aux Etats-Unis. Contre toute attente, le Chattanooga FC n’est pas concerné par ce tout nouveau club professionnel. Un investisseur de l’Utah, Robert Martino, annonce l’acquisition d’une franchise de League One dans le Tennessee. Celle-ci est un véritable drame pour le CFC qui voit l’un de ses fondateurs et l’actuel directeur général Sean McDaniel quitter le club pour rejoindre les Red Wolves après avoir passé six ans à la tête du CFC. Cette décision est alors vécue comme une réelle tragédie par tous les membres du club de NPSL. Afin de bien débuter leur histoire, les Red Wolves nomment également Tim Hankinson en tant qu’entraineur. L’ancien entraineur des Tampa Bay Mutiny et des Rapids du Colorado en MLS au début des année 2000 apporte une expérience conséquente au nouveau venu.

Quelques jours après l’annonce, Tim Kelly, l’un des fondateurs du Chattanooga FC, s’exprime au sujet du nouveau club de League One sur le site officiel du CFC: « Notre club a été construit, pas acheté. Nous avons été fondés par les Chattanoogan’s pour les Chattanoogan’s et, dix ans plus tard, nous nous sommes engagés à développer le Chattanooga FC de manière durable et responsable. ». De l’autre côté, les dirigeants des Red Wolves sont fiers de créer un total de 40 emplois à temps plein dans la région. Lors de l’annonce officielle, le propriétaire Robert Martino déclare : « Ce marché a prouvé qu’il a les bons ingrédients pour lancer et maintenir une franchise professionnelle et nous sommes enthousiastes à l’idée de franchir cette nouvelle étape dans la USL Division III (désormais nommé USL League One) pour les fans et la communauté. J’applaudis le soutien populaire existant et la base de supporteurs passionnés déjà en place dans la ville et je me réjouis de l’occasion qui s’offre à nous de travailler ensemble afin de réaliser la grande vision du soccer professionnel à Chattanooga. »

4 ( WGOW-FM)
Photo via ChattRedWolves.com

La vraie question mérite d’être posée; est-ce que la communauté de Chattanooga suivra le club d’un étranger alors que le club d’à côté est créé par des habitans de la ville? La majorité des supporteurs du CFC voit la création des Red Wolves comme une attaque ciblée envers le club semi-professionnel. À titre de comparaison, le groupe de supporteurs le plus important du CFC, les Chattahooligans, a plus de 5000 abonnés sur Twitter tandis que celui des Red Wolves, les Scenic City Alphas, a seulement 126 abonnés. Au départ, les Red Wolves pensaient pouvoir évoluer dans le Finley Stadium, domicile du Chattanooga FC, mais le club fondé en 2009 a signé une nouvelle entente avec l’Université du Tennessee pour y jouer jusqu’en 2021.

Il devra donc évoluer dans un tout nouveau stade. En effet, les dirigeants planifient donc de bâtir leur propre stade spécifique au soccer qui devrait être prêt pour le début de la saison 2020. Dans une entrevue au Times Free Press le propriétaire des Red Wolves s’exprime sur le sujet : « Construire notre propre stade de soccer nous permettra de créer une atmosphère fidèle à nos supporteurs, à l’équipe et au sport qui ne peut être reproduite ailleurs. Faire de Chattanooga un meilleur endroit pour vivre, travailler et jouer en créant une expérience de soccer familiale est une priorité pour nous. Comme je l’ai dit lorsque j’ai annoncé l’équipe pour la première fois, je suis personnellement et professionnellement engagé à Chattanooga. Ce stade aura un énorme impact économique dans toute la région. »

5 (Chattanooga Times Free Press)
Photo via TimesFreePress.com

Toutefois, plusieurs experts sont perplexes en voyant s’élever le nombre de stades à cinq dans cette petite ville de 180 000 habitants. Pour la saison 2019, le club évoluera au David Stanton Field pouvant accueillir jusqu’à 3 500 personnes. Ils modifieront les installations afin d’en accueillir 1500 de plus, élevant le nombre total à 5 000 spectateurs, soit la capacité du stade prévu pour la saison suivante. D’ailleurs, ce même propriétaire a déjà annoncé la création de deux clubs affiliés en USL League Two (ancienne PDL) en vue de la prochaine saison ; les New Dalton Red Wolves en Géorgie et les Park City Red Wolves dans son état natal, l’Utah.

 

Le CFC passe professionnel

Après l’arrivée du Red Wolves, le Chattanooga FC devait réagir. Sean McDaniel, parti chez le club rival, est alors remplacé par un autre fondateur, Sheldon Grizzle qui devient directeur général des opérations alors que Bill Elliot est nommé directeur général du soccer. Elliot est également confirmé comme entraineur principal de l’équipe, et ce pour une huitième saison consécutive. Quatre mois après l’annonce officielle de la création des Red Wolves, le CFC dévoile son projet pour les saisons à venir. Après avoir été un modèle dans le niveau semi-professionnel, Chattanooga annonce vouloir devenir un club professionnel. Il suivra donc l’évolution de sa ligue, la NPSL et rejoindra la NPSL Pro. Il fait partie des onze équipes inaugurales pour la NPSL Founders Cup. Il sera en compétition avec des clubs phares des divisions inférieures comme les Cosmos de New York, le Detroit City FC ou le Miami FC. C’est une véritable déclaration de guerre que le club fait vis-à-vis des Red Wolves. Le CFC aussi aura le statut de club professionnel.

3 (ChattanoogaFC)
Photo via ChattanoogaFC.com

Deux clubs à Chattanooga, est-ce viable?

Pourront-ils survivre sur le long terme? L’avenir nous le dira mais il y a déjà de la discorde entre les deux clubs. Ce serait donc improbable de voir les deux franchises s’entraider et dans des petites villes comme celle-ci, il serait primordial de le faire afin que les deux clubs réussissent sur le moyen et sur le long terme.  Dans un entretien au Time Free Press, Tim Kelly, le président du CFC déclare : « Les deux clubs sont d’accord pour dire que c’est une ville extraordinaire. Bien qu’il soit possible que cette rivalité crée un marché en expansion, lorsqu’on divise les chiffres, Chattanooga n’est pas un marché assez grand pour nous deux. L’intention des Red Wolves est de nous mettre de côté mais nous avons dit depuis le début que nous n’allions jamais quitter Chattanooga. » Afin de remédier à la situation, le club fondé en 2009 a lancé un projet innovant aux États-Unis. Comme les ‘socios’ en Espagne avec le FC Barcelone ou le Real Madrid, les supporteurs du CFC ont désormais la chance de pouvoir devenir, en partie, propriétaires du club. Cette initiative est une première aux États-Unis.

La tentative est bien perçue et les supporteurs répondent présents. En moins de 48 heures, 300 000 dollars américains sont amassés! L’ère professionnelle du club commence du bon pied. Le CFC semble être plus que jamais le club numéro un à Chattanooga grâce à la ferveur populaire vis-à-vis des Red Wolves, de plus en plus malaimés.  Mais comment les Red Wolves parviendront-ils à survivre à côté du plus grand club de la ville? Est-ce que le Chattanooga FC continuera sur sa lancée? Est-ce que la NPSL Pro sera une réussite tout comme la League One semble l’être? L’avenir nous le dira. Une chose est sure, Chattanooga est désormais une ville de soccer professionnelle. Que vous soyez pour les rouges ou les bleus, que vous préférez la NPSL ou la USL, l’important est de faire vivre le sport. Chattanooga sait le faire depuis 2009 et cette ville, grâce à ses clubs et ses supporteurs, risque d’épater le pays de l’oncle Sam dans les prochaines années.

5 Replies to “Chattanooga : Une ville divisée”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s