Quelles Prochaines Expansions en CanPL ?

La Canadian Premier League (CanPL) n’a pas encore débuté sa saison inaugurale que les questions sur l’avenir se posent déjà. En effet, à chaque entrevue offerte par le commissaire de la ligue, David Clanachan, une question lui est réservée au sujet de l’expansion éventuelle de la CanPL. Bien que la saison 2019 présentera sept équipes, la CanPL ambitionne d’augmenter le nombre de participants à 10 en 2020. Selon les confessions de M. Clanachan, cinq à six villes sont candidates pour les trois nouvelles équipes, mais le principal obstacle reste le stade. Afin de vous faire patienter jusqu’en 2020, nous vous présenterons six villes potentielles pour la première expansion  de la CanPL.

TourismeOttawa
Photo via Tourisme Ottawa

Ottawa, Ontario

La ville reine  a tout d’une candidate idéale :  un stade avec une capacité intéressante (24 000 places), un grand bassin de population (la région métropolitaine dépasse le million d’habitants) et une base de supporters solide. Le Fury d’Ottawa a manqué le rendez-vous pour 2019, mais avec la saga qui a suivi, on se demande si ce n’est que partie remise. Avec ou sans le Fury, il est indéniable que la CanPL doit installer un club dans la capitale du pays. Avec ses ambassades, ses institutions gouvernementales et ses universités, la région de la capitale nationale a un potentiel énorme en termes de fans. D’ailleurs, en attendant d’autres expansions, la zone d’influence s’étend aussi bien au niveau des banlieues ontariennes qu’à la région de Gatineau au Québec, où bien des gens travaillant à Ottawa résident. Il ne fait aucun doute que l’arrivée d’Ottawa est attendue par tous les Canadiens, qui regarderont avec attention le duel entre le Fury et les clubs de CanPL dans le Championnat canadien.

imagesmi.png
Photo via imagemi

Saskatoon, Saskatchewan

La plus grande ville de Saskatchewan présente aussi un portrait intéressant avec sa population qui cadre dans ce que la ligue recherche (en terme de nombres d’habitants), d’ailleurs formée d’une bonne partie d’étudiants. Sa position géographique permettrait évidemment de combler le vide de plusieurs centaines de kilomètres entre les clubs albertains et Winnipeg. On aurait par la même occasion un derby des Prairies avec le Valour FC. De plus, contrairement à sa capitale provinciale Regina, la ville de Saskatoon n’accueille aucune équipe sportive professionnelle. Par ailleurs, elle pourrait rassembler tous les fans de la province sous son étendard, dans un championnat disputé d’un bout à l’autre du pays. En contrepartie, elle ne semble pas équipée d’installation sportive digne d’une ligue professionnelle de soccer (stade dédié au soccer avec plusieurs milliers de sièges). On peut cependant compter sur l’enthousiasme du groupe de supporters et de l’investisseur Joe Belan, ancien athlète olympique canadien, pour mener à bien ce projet.

surrey.ca
Photo via surrey.ca

Surrey, Colombie-Britannique

La ville de Vancouver abritant les Whitecaps en Major League Soccer (MLS), c’est donc dans la banlieue que la CPL risque de s’installer. La municipalité de Surrey est apparue comme une candidate de choix pour attirer les fans de la grande région de Vancouver (à ne pas confondre avec l’île de Vancouver). Évidemment, la Colombie-Britannique est en mesure d’accueillir un second club dans la CanPL, après le Pacific FC en 2019. Cependant, la question du stade, qui dépend aussi de la volonté politique, pourrait retarder l’instauration d’une équipe autour de la ville de Vancouver, une région riche en talent et en supporters potentiels. En tant que grande ville canadienne, Vancouver doit être représentée dans la CanPL et ainsi offrir aux fans de la région un derby provincial. Par ailleurs, les nombreux joueurs signés par le Pacific FC viennent de la ville de Vancouver, de quoi alimenter encore plus la future rivalité.

TourismeLaval
Photo via Tourisme Laval

Laval, Québec

S’il y a bien une absence qui fait tache pour la saison 2019 de la CanPL, c’est bien celle de la province du Québec. La deuxième province la plus peuplée du Canada, forte de sa ligue provinciale semi-professionnelle n’est pas représentée! Alors que pour 2019, la ville de Québec revenait avec insistance, la ville de Laval avait parfois été citée comme candidate pour la saison inaugurale par M. Clanachan. Se trouvant dans la grande région de Montréal, donc à proximité d’une équipe de MLS, l’Impact de Montréal, la même stratégie que York semble privilégiée par la ligue, soit de s’éloigner un peu de la grande ville. Le projet est mené par Alexander Bunbury, ancien international canadien qui a eu cette idée lors des sélections #GotGame organisée par la ligue à Laval. Depuis ce temps, « Bunbury travaille pour installer une équipe de CanPL dans la région de Montréal, reconnue pour ses fans de soccer et pour ses joueurs talentueux. Au niveau du stade, l’option privilégiée pourrait être le Stade Desjardins, qui a accueilli des matchs de Championnat canadien en 2018 pour le compte du club de Blainville.

Moncton
Photo via CDN

Moncton, Nouveau-Brunswick

Lorsque les instances sportives du Nouveau-Brunswick ont démontré leur intérêt pour une équipe de CanPL à Moncton, ça en a surpris plus d’un, même le président de l’Association de soccer canadienne (ASC) de l’époque, Victor Montagliani. Cependant, malgré l’enthousiasme de Soccer Nouveau-Brunswick et l’ouverture de la municipalité, la plus grande ville de la province a manqué la saison inaugurale de la ligue. Moncton offre d’importants atouts: une population étudiante importante, une communauté bilingue, et un stade prêt pour la compétition. Ce fut d’ailleurs la seule ville des Maritimes à avoir accueilli des matchs de la Coupe du Monde U-20 féminine en 2014 et la Coupe du monde féminine de 2015. Par ailleurs, une équipe au Nouveau‑Brunswick permettrait d’ajouter une équipe dans les Maritimes pour un derby avec Halifax et aussi de combler le vide gênant dans l’Est du pays. Avec l’annulation des Jeux de la Francophonie 2021 initialement prévus dans la ville et l’absence d’équipe sportive professionnelle, les fans de la région ont droit à une équipe sportive de haut niveau, mais répondront-ils présents?

WestJetStJohn.jpg
Photo via Westjet Magasine

St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador

S’il y a bien une ville qui avait surpris lorsque mentionnée par le commissaire Clanachan, c’est bien la capitale de la dernière province à avoir joint la Confédération canadienne. Fait méconnu, la ville abrite le plus vieux stade dédié au soccer en Amérique du Nord, le stade King George V, qui fut d’ailleurs le théâtre de l’unique qualification de l’équipe nationale canadienne pour la Coupe du monde 1986, lors de l’ultime match. Selon Brandon Copeland, entrepreneur en urbanisme installé à St. John’s, les habitants de l’île sont très attachés au sport local et n’hésiteront pas à supporter un club de CanPL, ce qui en fait un candidat de choix. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que l’expansion vers l’île de Terre-Neuve permettrait à la ligue d’aller encore plus loin à l’est, repoussant jusqu’à la limite son territoire d’opération et augmentant le contingent de clubs dans les Maritimes. D’ailleurs, l’augmentation de population et l’agrandissement de l’aéroport sont les signes d’un dynamisme qui anime cette ville prête à accueillir sa première équipe sportive professionnelle.

Expansion CanPL
Les possibles expansions en noir, les équipes déjà présentes en rouge.                                  (Montage par Daniel Cameron, via OpenStreetMap)

Et la suite?

Le début de la saison 2019 approche à grands pas, il ne serait pas surprenant que la ligue attende quelques mois avant d’annoncer les équipes d’expansion pour 2020. Il sera intéressant de suivre ce dossier lors des prochains mois car la ligue ne cache pas sa volonté d’augmenter le nombre d’équipes. Évidemment, le début de la saison pourra rassurer ou refroidir les investisseurs intéressés à installer un club dans leur ville. Nous pouvons donc nous attendre à des prochains mois agités dans le monde du soccer professionnel canadien. Alors que tout le pays est tourné vers la saison 2019, les fans de soccer des villes absentes auront peut-être déjà la tête à 2020 avec l’espoir de voir leur communauté représentée dans cette nouvelle ligue canadienne.

5 Replies to “Quelles Prochaines Expansions en CanPL ?”

  1. Un super article, ça nous donne une idée globale tout en étant bien détaillée sur cette ligue canadienne, l’état actuel ainsi que les quelques extensions dans les années prochaines
    Merci pour ce bel article qui m’a bien informé, un plus pour la carte geographique pour ce beau pays le CANADA et également un plus pour les photos.
    Pour resumer un gros merci pour cet article instructif, continuez à bien nous informer!

    Aimé par 1 personne

  2. To add to Martin’s comment above, Saskatoon also now has the Saskatchewan Rattlers of the Canadian Elite Basketball League (CEBL). Both the Rush and Rattlers play over the winter months, so there currently isn’t a pro sport a CanPL club would have to compete with for sports entertainment dollars in the summer.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s