CDM 2019: Les USA Confirment et S’envolent pour les Huitième de Finale

Pour leur dernier match de phase de groupe les « Stars and Stripes » avaient rendez-vous avec les Scandinaves pour un match au goût de revanche. Les Suédoises, neuvième au classement FIFA, tenaient à cœur de réitérer la bonne performance d’il y a trois ans aux Jeux Olympiques de Rio, elles qui avaient réussi à les éliminer aux portes des demi-finales. Mais c’est sans compter sur des américaines piquées au vif qui n’ont qu’un seul objectif, prendre la première place du groupe.

Le onze de départ :

USASUE 1
Via USWNT Twitter

Après un début de compétition plus que tranquille, on a retrouvé le même onze type que lors du premier match face à la Thaïlande, à une exception près. Becky Sauerbrunn, qui a retrouvé sa place de titulaire au dépend de Julie Ertz (laissée sur le banc par précaution suite à une petite blessure).
Face à la Suède, la Sélectionneur Américaine n’a pas voulu faire de cadeau. Match considéré comme le plus relevé du groupe il était logique de mettre en avant tous ses atouts.

Le match: Trois points de plus et la réalisation de nouveau records !

Se sachant qualifiées on aurait pu assister à un relâchement, à une diminution du rythme pour se préserver physiquement. Mais il ne fût rien. Fidèles à leur réputation, les Américaines ont montré du beau jeu, avec une pression constante sur la défense Scandinave dès les premières secondes, les empêchant de respirer, et de relancer proprement. Ce travail collectif leur permit de récupérer les ballons très haut. Ce pressing fonctionna très bien puisque dès la troisième minute sur un corner de Megan Rapinoe, Lindsey Horan pousse la balle au fond des filets devant une défense complètement passive.
Ce but est d’ailleurs le plus rapide de cette Coupe du Monde. On observe une domination nette de l’USWNT (plus de 60% de possession). La Suède arrive à peine à toucher la balle, multipliant les erreurs technique face à un rouleau compresseur adverse.
Il aura fallu attendre le temps additionnel de la première mi-temps pour voir enfin une action dangereuse des « Jaunes et Bleues ».

Au retour des vestiaires, Jill Ellis a effectué son premier changement. Alex Morgan a cédé sa place ainsi que le brassard de capitaine à Carli Lloyd. On y voit peut être ici une petite inquiétude sur le banc US: juste avant la mi-temps, l’attaquante a été vue en train de boiter à la suite d’une chute. Tombée seule, la numéro 13 Américaine a eu besoin d’aide pour se relever et une grimace a été observée sur son visage. Jill Ellis expliquera plus tard en conférence de presse que ce changement a été effectué par précaution et qu’Alex serait bien présente pour le prochain match.

À la reprise du jeu il n’aura pas fallu attendre longtemps pour voir un second but. À la 49ème minute, Tobin Heath à la suite d’un crochet, arrive à tromper la gardienne adverse depuis un angle improbable. Quelques minutes plus tard la FIFA donnera le but à la suédoise Andersson qui, comme on a pu le voir sur le ralenti, a dévié le tir.
La seconde mi-temps s’est déroulé comme la première, des Américaines étouffant complètement leurs adversaires, additionné à une circulation de balle très fluide. Il a été compliqué pour les Suédoises d’aller inquiéter la gardienne de Jill Ellis.

Au coup de sifflet final les USA remportent leur dernier match de poule 2 à 0.  Ce qui montera leur compteur à dix-huit buts marqués contre zéro encaissé, rien que pour cette première phase. Dix-huit buts, le plus grand nombre de buts marqués dans une phase de groupe toutes nations confondues (homme et femmes). Après une première phase  remportée haut la main, les filles de Jill Ellis poursuivent logiquement l’aventure et retrouveront l’Espagne en huitième de finale.

Les buts :

Les Huitièmes de Finales :

2019-06-20 5-51-03 PM
Source: Fifa.com, heure indiquée : Amérique du Nord, Est

 

Elodie Touzet

Amoureuse du foot depuis toute petite, jouant dans la cour de récré avec les garçons, elle a joué en club seulement tard (de 16 à 18 ans et oui petit village oblige). Elle a découvert le haut niveau féminin en 2011 en tombant sur la coupe du monde et depuis elle n'a pas arrêté de suivre l'équipe de France puis celle des US après les JO de 2012. C'est à ce moment là qu'elle s'est intéressée à la D1 féminine et qu'elle est devenue supportrice du MHSC féminine (sa région d'origine). Grande fan d'Alex Morgan, joueuse qu'elle a découverte à ses début en 2011, elle continue depuis de suivre son parcours en équipe nationale. C'est seulement après son arrivée à Lyon en 2017 qu'elle a commencé à s'intéresser au championnat US. Et que son choix s'est portée tout naturellement sur son équipe, les Orlando Pride. Équipe dont elle est devenue totalement fan.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s