Indy Eleven : Club d’exception dans les divisions inférieures


Fondé il y a six ans, Indy Eleven est un club important des divisions inférieures. Que ce soit en NASL ou en USL, les Boys in Blue ont toujours attiré de grandes foules. Après un titre en 2016, Indy tente de retrouver les grands honneurs avec un tout nouvel effectif, l’un des plus talentueux en USL et pourquoi pas, de s’attirer une franchise MLS.

Les fondations

Le 16 janvier 2013, Indy Eleven est annoncé en tant que prochaine expansion de la NASL en vue de la saison 2014. Le propriétaire est Ersal Ozdemir, PDG de KeyStone, un groupe immobilier. La création de ce club est en grande partie due au groupe de supporters du Brickyard Battalion qui, depuis plusieurs années, montre son intérêt pour un club de soccer. L’approche du groupe est semblable à celle des Sons of Bens, supporter de l’Union de Philadelphie, qui ont réussi à amener un club de MLS dans la ville de l’amour fraternel grâce à de grandes mobilisations.

BYB_MS.jpg

Le nom d’Indy Eleven rend hommage à la 11e infanterie lors de la guerre civile américaine en 1861. Également, les couleurs du club référent au groupe de supporters des Brickyard Battalion et au Indy 500, course automobile mythique aux États-Unis se déroulant dans l’Indiana.

Avant d’intégrer la deuxième division américaine, les dirigeants mettent les bases. Ersal Ozdemir nomme en tant que PDG Peter Wilt, l’actuel directeur général du Forward Madison (un club très spécial que nous vous présentions ici). Wilt amène une expérience hors-norme étant l’ancien directeur général du Chicago Fire avec qui il gagnera une Coupe MLS, trois US Open Cup et un Supporters’ Shield. Il nomme alors le premier entraîneur en la personne de Juergen Sommer, ancien international américain, ayant joué en Premier League et en MLS. Le premier joueur est le gardien allemand Kristian Nicht, très bien connu des supporters de l’Impact de Montréal pour son match en finale de ConcaChampions face à l’America.

Avant même d’avoir mis un pied sur le terrain, le club vend un nombre record de billets de saison. Avec ses 7 000 abonnements vendus, un réel exploit à l’époque, le club devient la première équipe à avoir une liste d’attente pour des billets de saison en NASL. Le club évolue au Michael Carroll Stadium, stade de 12 000 personnes et les premiers adversaires des Boys in Blue sont les Carolina Railhawks, désormais nommé North Carolina FC. Devant un stade rempli à sa pleine capacité, exploit qu’ils réitéreront à quatorze reprises lors de leur saison inaugurale, Indy Eleven remporte un premier point historique dans un match nul de 1-1, grâce à un but de Mike Ambersley. Après une seule saison et des résultats mitigés (neuvième position), Sommer est licencié et Tom Hankinson, actuel entraineur des Chattanooga Red Wolves (League One, D3), prend la relève.

Lors du championnat de printemps 2016, Indy remporte son premier titre lors d’une rencontre bien mémorable, qui rentrera dans l’histoire, sous le nom «The Miracle at the Mike». En effet, pour remporter son premier trophée de son histoire, les bleus et rouges devaient l’emporter à domicile, dans leur Michael A. Carroll Stadium, avec un écart de minimum trois buts. Grâce à un Eamon Zayed bien forme avec et le premier triplé de l’histoire du club, les hommes de Tim Hankinson l’emportait 4-1 face aux Carolina Railhawks.

Trois ans après son premier match, Indy Eleven annonce avoir transmis son envie à la MLS de rejoindre l’élite du soccer nord-américain en vue de la saison 2020, alors que la ligue cherchait de nouvelles expansions. Malheureusement, le FC Cincinnati, le Nashville SC et l’Inter Miami seront privilégiés pour l’obtention d’une franchise.

L’arrivée en USL

Avec le futur nébuleux de la NASL, Ersal Ozdemir décide de changer de ligue et de rejoindre par la même occasion la USL, une ligue en pleine évolution depuis ses débuts. En changeant de compétition, Ozdemir annonce également un nouveau domicile. Effectivement, Indy Eleven évoluera dans l’un des plus gros stades de l’Indiana, le Lucas Oil Stadium (domicile des Colts d’Indianapolis dans la NFL), ayant une capacité de 70 000 personnes. Martin Rennie est alors nommé entraîneur. Le coach écossais arrive avec un beau curriculum vitae en ayant entraîné notamment les Carolina RailHawks, les Whitecaps de Vancouver et le Seoul E-Land en Corée du Sud.

Lors de sa première saison en USL, le club fait très bien pour une première année terminant à la septième position de la conférence Est. Malheureusement, les hommes de Martin Rennie s’inclinent dès la première ronde des playoffs face au futur champion, le Louisville City FC, club dont nous avons déjà parlé ici. Le club a développé un excellent noyau de joueurs lors de cette première saison avec Ayoze en provenance du New York Cosmos, Karl Ouimette des San Francisco Deltas et Matt Watson du Phoenix Rising. Malheureusement, à la fin de cette saison, Brad Ring, légende vivante du club, annonce son départ à la retraite.

bradring.jpg
Photo via NASL.com

À l’entame de la saison 2019, nous apprenons qu’un nouveau stade, spécifique au soccer, est dans les plans à Indianapolis. Le projet est même approuvé par l’État de l’Indiana, étape importante pour ce stade ayant une valeur de 125 millions. Élément intéressant, l’ascension à la MLS n’est pas une condition pour le début des travaux, peu importe ce qu’il arrive, Indy Eleven aura un nouveau stade de 20 000 personnes.

Photos via Indy Star.com

L’effectif 2019

Pour la saison 2019, Indy Eleven veut marquer les esprits et remporter son deuxième trophée dans sa jeune histoire. Le club refait son attaque de toute pièces. Plusieurs grands joueurs comme Sonny Saad, Jack McInerney et Justin Braun quittent le club, mais celui-ci recrute des vedettes USL comme Thomas Enevoldsen et Dane Kelly. Martin Rennie signe également quatre joueurs du FC Cincinnati, parti en MLS, dont le gardien Evan Newton. Rennie améliore également sa défense avec le joueur vedette du Charleston Battery, Neveal Hackshaw. Finalement, le club se tourne vers la MLS pour accueillir en prêt, le défenseur du Columbus Crew, Alex Crognale. Les Boys in Blue font donc office de favoris aux côtés de Nashville SC à l’aube de la saison 2019.

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à lire notre Guide USL 2019.

Avec seulement une dizaine de rencontres disputées en ce début de saison, le club a déjà eu trois joueurs nommés sur l’équipe de la semaine USL, alors que Dane Kelly a remporté le titre de joueur de la septième journée avant d’être nominé en tant que joueur du mois d’avril.

Au poste de gardien, Evan Newton est devenu le gardien ayant disputé le plus de matchs sans avoir encaissé de buts dans l’histoire de la USL. Le club est solide défensivement et au fur et à mesure des rencontres, l’alchimie à l’attaque se développe.

À la poursuite de la MLS

Avec plus de 20 000 personnes lors des gros matchs et de nouveaux investisseurs arrivés en janvier 2019. Le club a annoncé, comme dit plus haut, un nouveau stade moderne de 20 000 places afin de quitter le Lucas Oil Stadium. Malheureusement, la proximité de clubs MLS autour d’Indianapolis pourrait être un désavantage pour le club de l’État de l’Indiana. En effet, avec l’arrivée de Cincinnati, puis le maintien du Crew à Columbus, il sera difficile pour Indy Eleven de rejoindre la MLS. Cependant, à l’image d’un Louisville City FC, Indy Eleven a l’opportunité de devenir un réel modèle de succès dans les divisions inférieures et cela peut faire grandement progresser le soccer aux États-Unis.

Pour aller plus loin, voici notre article sur la course à l’expansion en MLS.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s