Entretien avec Dominique Malonga, joueur du Cavalry FC

Alexandre Gangué-Ruzic est rédacteur en chef de ‘Between The Sticks’, un site en anglais qui couvre la MLS, la CanPL et la sélection Canadienne. Passionné de sport, il étudie à l’université de Ryerson à Toronto dans le but de devenir journaliste sportif. Vous pouvez le suivre sur Twitter sous @AlexGangueRuzic. Il nous a transmis ici un entretien qu’il a pu faire avec Dominique Malonga avant le match aller de la finale de CanPL, avec le match retour se jouant ce soir.

 Les réflexions de Dominique Malonga sur une première saison historique

A 30 ans, Dominique Malonga possède déjà une riche expérience avec une carrière qui inclue un parcours qui s’étend à plus de cinq pays. Après avoir joué en Europe et en Afrique, dans des clubs aussi variés que le Torino à Elche, en passant par le Servette, il essaie maintenant d’apporter son expérience à l’équipe du Cavalry FC dans la Première Ligue Canadienne.

800px-Dominique_Malonga
Malonga sous les couleurs de Vicenza. Source : Wikipédia

Après une saison historique à Calgary, où Malonga et ses coéquipiers se sont vite hissés parmi les meilleurs du nouveau « circuit » canadien, ils chassent maintenant le trophée ultime. Champions des deux tableaux déjà cette année, ceux de printemps et d’automne, il ne reste que la « North Star Shield », le trophée remis aux vainqueurs de cette finale très contestée entre les deux champions des deux tableaux.

En face d’eux, les véritables champions des deux championnats, sera Forge FC, une équipe basée à Hamilton.

« Ce qu’on attend du match c’est une finale, donc on s’attend à gagner », disait Dominique Malonga avant le premier des deux matchs à Hamilton en Ontario samedi dernier. « On a deux matchs pour le faire, on est à l’extérieur, alors si on marque un but à l’extérieur ça compte double. Donc on doit rester concentré, c’est deux matchs, on doit faire un maximum pour ramener la coupe à Calgary».

Cavalry n’a pas pu réussir à cocher cet objectif d’un but sur la pelouse de Forge FC qui a mieux joué lors de ce premier match, le score de 1-0 leur donne un avantage en préambule de ce match retour samedi prochain. C’était le huitième match entre ces deux équipes, qui se sont affrontées cinq fois lors dans le cadre de la ligue, avec deux matchs additionnels lors de la coupe des Voyageurs. Avec quatre victoires pour Forge, et trois pour Cavalry, il est clair qu’il n’y a pas trop d’écart entre ces deux équipes. Ce qui, pour Malonga, explique pourquoi les deux équipes se respectent. Même s’il y a eu deux cartons rouges samedi dernier, en plus de plusieurs autres altercations, ce sont deux équipes qui se donnent un maximum pour gagner.

« On doit les respecter surtout, parce qu’on a joué contre eux plusieurs fois », souligne Malonga en parlant de cette nouvelle rivalité canadienne. « On doit avoir du respect, mais bon, on sait que maintenant ce sont les deux matchs les plus importants de la saison, ce sont deux finales, alors on y va pour gagner. Moi, personnellement, je vais faire le maximum pour me concentrer et aider mon équipe pour gagner le match».

Ce niveau de compétition n’est pas nouveau pour Malonga. Avec une cinquantaine de matchs en première division Italienne et une centaine dans la deuxième division, il connaît bien la pression des grands matchs. Après avoir eu sa formation en France, ayant eu la chance de jouer avec l’AS Monaco, il possède une bonne expérience du haut niveau.
Après une participation historique dans la coupe de Voyageurs cet été, où ils ont vaincu les Vancouver Whitecaps (MLS), avant de perdre contre l’Impact du Montréal, cette expérience a été très utile. Avec d’autres vétérans bien établis au club, comme Nik Ledgerwood, Mason Trafford et Jay Wheeldon, cela a donné à Cavalry un bon mental pour réaliser des résultats qui n’auraient jamais été possibles au début de cette saison.

« On a fait des grands matchs contre les Whitecaps et contre Montréal, donc j’espère que la pression ne va pas être haute pour certains joueurs » disait Malonga sur les expériences vécues cette année.

Il a très bien fini la saison, marquant 4 buts lors des derniers 5 matchs, ce qui lui a donné un total de 11, seulement une unité derrière le meneur, Tristan Borges de Hamilton. Avec Borges qui a marqué le seul but pour Forge FC samedi, Malonga a besoin d’un doublé pour rester dans la course vers le trophée du meilleur buteur. Mais ce n’est pas quelque chose qui retient trop son attention, avec à l’horizon les plus grands trophées dans ses yeux, principalement le « North Star Shield ». S’il marque trois buts pour aider à soulever ce trophée, tant mieux, mais Malonga souhaite juste marquer si l’occasion se présente, et de là, il pourra se tourner vers d’autres objectifs.

1
Photo par Alexandre Guangué-Ruzic

« Je me sens bien, je monte en puissance, alors c’est bien pour moi et bien pour l’équipe. Je vais essayer de faire mon maximum, pour représenter l’équipe, faire mon maximum pour avoir des occasions de marquer des buts, et je pense que je l’aurai », indique Malonga face à ses opportunités devant les filets adverses. « Donc, c’est à moi de les concrétiser quand j’aurai l’occasion, et je sais que ça va pas être facile, alors je vais essayer de faire mon maximum, et j’ai mon équipe derrière moi, alors je ne vais pas être le seul. C’est une bonne expérience, j’ai eu une bonne expérience ici, alors j’essaye de profiter à fond».

Même si la finale est la chose qui le préoccupe pour le moment, Malonga a été honnête par rapport à son expérience canadienne quand on lui a demandé. Avec la perspective qu’il a eue dans plus de cinq pays qu’il a visité durant sa carrière de plus de 12 ans, c’était intéressant de voir ce qu’il pensait du soccer canadien surtout en considérant le jeune âge de cette ligue canadienne.

« La vie ici, et le respect que les gens ont, franchement j’étais surpris. Vraiment surpris. Surpris par la vie ici à Calgary et dans toutes les villes où je suis passé, franchement c’est un bon pays, et je suis content d’avoir eu l’expérience de venir ici, parce que c’était ma première fois » a souligné Malonga à propos de son expérience canadienne. « Au niveau du football, c’est la première saison, alors il y a beaucoup de choses à améliorer, sincèrement, surtout tactiquement, défensivement il y a beaucoup de choses à améliorer, mais il y a du talent, les Canadiens doivent travailler, on doit travailler, et j’espère que ça va s’améliorer année après année».

Mais avant tout ce travail, il reste toujours 90 minutes à jouer avant la fin de cette saison historique. Il a eu plein de moments forts, et d’autres moins reluisants, mais la ligue a donné la chance aux Canadiens de s’unir autour d’un sport populaire. Avec plus d’équipes et de joueurs qui sont sûrement en route, il va maintenant être intéressant d’analyser le progrès de la ligue au fil des années. Pour des joueurs d’expérience comme Malonga, il faudra amener leur talent sur le terrain à chaque match, et de faire part de leur réflexions bien pensées en dehors de ce cadre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s