Justin Mapp et sa patte gauche de velours

La MLS est encore jeune comparée aux autres ligues de soccer dans le monde mais la compétition nord-américaine commence déjà à avoir une histoire intéressante. Reconnue pendant de longues années comme une ligue où certaines grandes stars ayant joué en Europe choisissent d’y terminer leur carrière, la MLS développe aujourd’hui de nombreux joueurs de talent. Alors que la plupart de ces joueurs ont tendance à poursuivre leur carrière en Europe (Alphonso Davies, Tyler Adams, Weston McKennie…), d’autres choisissent de rester en Amérique du Nord comme Justin Mapp. Retraité en 2017, l’ailier droit américain a laissé de bons souvenirs partout où il est passé. Retour sur l’illustre carrière de celui qu’on surnommera ‘Sippy’ qui est la terminaison de Mississippi, l’État où l’ailier a grandi(Mais aussi ‘Mississippi Mudcat’, un autre de ses surnoms moins connu qui représente un poisson originaire de sa région)

Son profil :

Justin Mapp est ce qu’on appelle, dans le jargon du soccer, un ‘faux ailier’. Doté d’une patte gauche hors du commun, Mapp a toujours été le plus performant lorsqu’il a été aligné sur l’aile droite. À cette position, ‘Sippy’ pouvait éliminer son adversaire direct afin de percuter au centre du terrain ou longer l’aile droite avant de revenir sur son pied gauche et armer un centre. Excellent dribbleur, Justin Mapp a toujours su faire se soulever les foules grâce à ses gestes techniques et à sa vitesse d’exécution. Un de ses ex-coéquipiers, Davy Arnaud (maintenant entraineur-assistant au Dynamo de Houston) a même voulu lui rendre hommage sur Twitter.

Natif de Brandon dans le Mississippi, Justin Mapp a toujours rêvé de devenir footballeur professionnel. Il le mentionne à plusieurs reprises en 2010 dans son entrevue avec Jeff Crandall alors que son club, à cette époque le Chicago Fire, effectue sa présaison dans le ‘Magnolia State’. Lorsqu’il était jeune, vers la fin des années 90, le soccer n’était pas un sport très populaire dans le Mississippi mais malgré tout, ‘Sippy’ a toujours cru en ses chances. Bien lui en pris puisque c’est grâce à sa persévérance, et à son talent indiscutable, qu’il est parvenu à se faire inviter en 2000 par l’académie floridienne IMG Academy afin d’y poursuivre son développement (pour en savoir plus sur l’académie cliquer ici). En tant que membre de l’académie, Mapp a été convoqué par l’équipe nationale américaine des moins de 17 ans afin de disputer la Coupe du Monde de cette catégorie d’âge en Trinité-et-Tobago. Malgré les trois défaites en trois matchs lors de la compétition, cette expérience a été bénéfique pour l’ailier américain et lui a donné de la visibilité pour la suite de sa carrière.

1

Sa carrière professionnelle et ses titres :

Sélectionné au 4ème tour de la MLS Superdraft en 2002 par DC United, Mapp ne disputera que 28 minutes sous les couleurs du club de la capitale avant d’être échangé au Fire de Chicago à l’orée de la saison 2003. Durant huit saisons, sous les ordres de Dave Sarachan, Juan Carlos Osorio et Denis Hamlett, Mapp aura tout le temps été une pièce essentielle de l’équipe. Ses prestations lui ont permis de faire partie de l’équipe nationale américaine qui a remporté la Gold Cup 2007 (Mapp ne disputera qu’un seul match) avant que cette même sélection ne dispute la Copa America dans la foulée (trois défaites en trois matchs avec deux titularisations pour ‘Sippy’). De nouveau échangé au Philadelphia Union en 2010, Justin Mapp continue à se rendre utile et à livrer de bonnes prestations, ce qui n’échappe pas aux recruteurs de l’Impact de Montréal, club qui s’apprêtait alors à intégrer la MLS. Repêché par l’Impact lors de la draft d’expansion 2012 sur la recommandation de son ancien coéquipier Jesse Marsch, entraineur de l’Impact à l’époque, ‘Sippy’ passe quatre ans avec le bleu-blanc-noir et devient un des chouchous du public montréalais. À la fin de son contrat en 2015, Justin Mapp est le premier agent libre de l’histoire de la MLS à signer un contrat professionnel avec le Sporting Kansas City, auparavant, les joueurs sans contrat ne pouvaient pas signer avec un autre club de la MLS sans avoir été échangé en premier), il ne disputera que six matchs avec SKC en 2016 avant de prendre sa retraite en 2017.

Au fil de sa carrière, Justin a remporté plusieurs titres nationaux et un seul titre international.  Sa première année au Fire a tout de même été son année la plus réussie collectivement. En effet, en 2003, Chicago a remporté le Supporters’ Shield ainsi que l’US Open Cup avant de s’incliner en finale de MLS Cup face aux San Jose Earthquakes de Landon Donovan (2-4). Cette défaite a fait beaucoup de mal au Fire et à ses stars (Zach Thornton, Jim Curtin, Carlos Bocanegra, Jesse Marsch, Chris Armas, DaMarcus Beasley, Ante Razov…) qui étaient annoncés favoris par les observateurs de la MLS. Durant cette finale, Mapp n’entrera en jeu qu’à la 70ème minute et n’a pas pu changer le cours du match.

Après un nouveau titre en US Open Cup avec le Fire en 2006, Mapp obtient enfin sa première distinction individuelle en étant nommé dans l’équipe de la saison de la MLS aux côtés de très grands noms.

2

Après son succès en Gold Cup 2007 et malgré d’excellentes prestations en club, sa carrière internationale s’arrête brusquement et il n’est plus jamais appelé en équipe nationale américaine. Pourtant, Mapp est en excellente forme avec l’Impact de Montréal en 2013 et 2014 où il remporte deux championnats canadiens tout en étant nommé meilleur joueur du tournoi ces deux années-là. Le débat fait rage sur les réseaux sociaux et les discussions se multiplient pour savoir si ‘Sippy’ devrait se tailler une place au sein de l’équipe nationale mais le sélectionneur allemand de l’époque, Jurgen Klinsmann, décide de ne pas le rappeler.

Le top de Justin Mapp :

Quand on pense à Justin Mapp, on se rappelle de plusieurs moments marquants dans sa carrière et, surtout, de plusieurs actions décisives. Pourtant, deux évènements sortent du lot plus souvent qu’autrement :

  • Sa prestation XXL avec l’Union de Philadelphie à Toronto le 28 mai 2011. L’international américain marque deux buts de toute beauté et se signale à nouveau aux yeux du monde.

  • Selon plusieurs fans de la MLS, la plus belle prestation de Justin Mapp en carrière reste la demi-finale du championnat canadien disputée le 2 mai 2013. Après avoir perdu le match aller sur le score de 2-0, le bleu-blanc-noir a réussi à remonter ce déficit et à s’imposer sur le score de 6-0 au stade Saputo grâce à un Justin Mapp des grands soirs (un but et trois passes décisives).

Apprécié partout où il est passé, Justin Mapp n’a pas hésité à faire les louanges de toutes les équipes pour lesquelles il a joué lors de l’annonce de sa retraite. Afin de mieux comprendre le personnage, rien de mieux qu’un mot de l’artiste lui-même.

3

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s