Jusqu’où ira la Fulgurante Ascension de la USL ?

La United Soccer League, le deuxième échelon du soccer nord-américain, est une ligue qui revient de loin. Suivant ses différentes évolutions, la ligue a des dates de naissance variées, puisqu’elle est passée entre les mains de différents groupes d’investisseurs durant les années, mais, afin de nous faciliter la tâche, nous garderons 2010 comme date de naissance concrète pour cet article. C’est à ce moment précis que fut effectuée la dernière revente, passant de Nike à NuRock Soccer Holding, ce qui emmena plusieurs franchises à quitter l‘USL pour former leur propre division.

Cette dernière, nommée NASL (North American Soccer League), tentera tout d’abord de rivaliser avec la Major League Soccer pour le titre de première division, avant de s’établir comme une deuxième division solide et stable, forte de franchises telles que Minnesota United, le Miami FC, le New York Cosmos, l’Impact de Montréal, les Tampa Bay Rowdies ou les Vancouver Whitecaps, pour n’en citer que quelques-uns. Pourtant, la USL résistera, s’implantant tout d’abord avec des franchises douteuses et instables, avant d’arriver à séduire les gros noms de la NASL et de voir sa concurrente disparaître en 2017.

Maintenant seule deuxième division au pays de l’oncle Sam, la USL a un monopole précieux, certains clubs populaires qui attirent plus de 10.000 fans par match, des projets de stade dans tout le pays et même deux petites sœurs, la League One et la League Two, qui font office de troisième et quatrième division américaine. Son évolution est constante et son futur, radieux. Où la USL s’arrêtera-t-elle et pourrait-elle concurrencer un jour la MLS ?

Culture Soccer fait le point, avec l’aide de Jeff Rueter, journaliste spécialisé de The Athletic.

USL cover
Le stade du Sacramento Republic (via Sac Bee)

La USL aura réussi à s’émanciper de la NASL et à la devancer malgré des franchises instables et des ambitions moindres, lors d’un tournant survenu lors de l’année 2015 : « La NASL avait définitivement l’avantage au début, avec des clubs comme le New-York Cosmos, probablement le nom le plus connu du soccer nord-américain et d’autres bien gérés et adorés par leurs communautés, comme Minnesota ou North Carolina. Ils payaient également bien leurs joueurs, attiraient des talents importants, mais en 2015, la USL a ratifié un partenariat avec la MLS. Cette dernière a pu y placer les équipes réserves de ses franchises et élever le niveau de la ligue en entier », explique Jeff Rueter. « De plus, c’est à cette époque qu’émerge la première franchise à succès en USL, le Sacramento Republic. Soudainement, vous aviez plus de 10.000 fans qui assistaient à des matchs de troisième division américaine (la USL obtiendra le statut de D2 plus tard) et puis Orlando, Cincinnati suivront ce modèle ».

Lire Aussi : Indy Eleven : Club d’exception dans les divisions inférieures

Ce tournant se fera alors que l’USL arrêtera aussi ses étranges expérimentations, comme le Barracuda Antigua FC, un club qui jouait toutes ses rencontres à l’extérieur en 2013, ou le FC New-York, connu pour avoir été averti par la FIFA : ils avaient annoncé comme nouveau sponsor en 2012 la campagne de Mitt Romney, le candidat républicain opposé à Barack Obama pour la Maison Blanche. « Lorsque la USL a arrêté ses petites expériences pour essayer de répliquer les succès d’Orlando, de Sacramento et Cincinnati, c’est là où elle a commencé à grandir. Surtout, ça ne plaira pas au fan de football mais la réalité est que l’USL ne demande quasiment rien pour intégrer sa ligue, alors qu’en NASL, il y avait d’importants frais d’expansion et il fallait des garanties financières impressionnantes. Un groupe d’investisseurs était alors naturellement plus intéressé par la USL, où on pouvait garder l’argent de l’expansion pour construire des installations, une équipe, un staff… Un club comme Louisville City, qui deviendra l’une des franchises phares de l’USL, a hésité avant d’opter pour l’USL pour cette raison et c’est en partie pour ça que la NASL a disparu », explique Rueter.

Lire Aussi : Louisville City FC : Succès façon USL

Petit saut vers le futur, nous sommes maintenant à la fin de la saison 2018. L’United Soccer League annonce un rebranding innovant et ambitieux : alors qu’elle n’était jusque-là qu’une deuxième division, elle se renomme USL Championship et créé un troisième échelon, au statut professionnel, la USL League One. La Premier Development League, quatrième échelon au statut amateur, est renommée la USL League Two. Des noms calqués sur le système anglais pour établir la domination de l’organisation de l’United Soccer League aux Etats-Unis, un an après la disparition de la North American Soccer League.
Le tout, alors que l’USL connaît une expansion démente et plusieurs candidats à l’expansion : 36 équipes seront sur la ligne de départ en 2019, dont sept expansions, 10 dans la toute nouvelle League One et 72, dans onze divisions régionales, pour la League Two. Une franchise en USL Championship coûte dorénavant 10 millions de dollars contre un million en League One et surtout 350 millions en MLS.

USL_Forward
Le public de Madison, nouvelle franchise de League One (Via Forward Madison)

Pour la saison 2020, l’expansion continue encore avec l’arrivée du Miami FC, un club historique du soccer nord-américain et le tout nouveau San Diego Loyals de l’emblématique Landon Donovan. Les franchises à fort succès se multiplient malgré le départ (ou le futur départ)du FC Cincinnati, du Sacramento Republic et de Nashville SC, qui rassemblaient tous des foules conséquentes, d’autres clubs ont pris le relai et se sont établis comme locomotives de la D2. New Mexico United (pourtant dans sa première année d’existence) et Indy Eleven attiraient tous deux plus de 10.000 fans par match en 2019 et les chiffres de Louisville, Las Vegas, San Antonio, Phoenix et de deux autres expansions, El Paso et Memphis, étaient aussi impressionnants. Même en troisième division, le Forward Madison, pour sa première année d’existence, attirait plus de 4.000 fans par match.

Lire Aussi : Forward Madison FC : la Vie en Rose

Ce succès peut être expliqué grâce à une nouvelle approche prise par la USL ces dernières années. Alors que la MLS semble avoir de plus en plus de contrôle sur les franchises qu’elle gère et que de nombreuses polémiques surgissent, que ce soit du côté des joueurs ou des fans, la USL a réussi à se donner une image plus organique, proche des fans et de la communauté. En 2020, les maillots de Major League Soccer semblent être les moins réussis de l’histoire de la ligue. En comparaison avec 2019, ceux du Forward Madison, d’El Paso, de New Mexico ou de Las Vegas ont fait le tour du monde sur les réseaux sociaux. Les clubs d’USL osent prendre le pari de « l’américanisation » du sport en apportant un twist important sur le soccer, alors que la MLS, pour un souci d’image mondiale, tient ses franchises à un degré de sérieux. Pour prendre un autre exemple, rien de mieux que le nouveau logo du Chicago Fire, qui a récemment opté pour un design plus simple, plus « marque » passe-partout et moins historique, tout comme Nashville ou Cincinnati lors de leur entrée dans la ligue. A l’opposé, des clubs comme Madison, Las Vegas, Tacoma ou El Paso n’ont pas eu peur de prendre des risques pour au final donner des blasons extrêmement intéressants. Alors que la Major League Soccer bannit dans ses stades des symboles progressistes, la USL laisse être exhibé dans les stades des banières parfois politiques, donnant une liberté complète à ses fans. Ses clubs organisent des évènements originaux comme lâcher des liasses de billets par hélicoptère, se vanter d’être invaincus lors des soirées aux bières à un dollar ou annoncer des signatures en traçant le nom du joueur dans la neige en direct. Ce n’est pas pour tout le monde – certains se plaignent de cette dérision du soccer qui donne de l’eau aux moulins de ceux qui se moquent du soccer Nord-Américain. D’autres apprécient ; après tout, le football n’est qu’un sport. La USL s’autorise un certain exotisme, la MLS se donne une image sérieuse, à défaut d’être sympathique : « Elle se positionne d’une meilleure manière, en termes de marketing, que la MLS ou l’ancienne NASL, car elle apparaît plus organique et moins synthétique », conclut Jeff Rueter.

USL_Montage
A gauche, les nouveaux logos de franchises USL, à droite les récents re-branding de la MLS

Les franchises continuent de grandir, mais changent petit à petit d’objectif. Alors qu’avant, pour les Sacramento, Cincinnati et Nashville, le but était clairement de s’y imposer afin d’obtenir une expansion en MLS, les nouvelles têtes de la USL n’y pensent pas : « North Carolina, Phoenix, Tampa Bay, Indy Eleven, pendant longtemps ces équipes ont voulu intégrer la MLS, mais comme le marché est bouché, certaines doivent revoir leurs plans et peut-être se motiver afin de repousser les limites de ce qui est possible en USL », explique Jeff Rueter. S’affranchir du rêve de la MLS permet de ne pas dépenser dans ce sens et de se concentrer sur des investissements à l’échelle locale.

Lire Aussi : La Course à l’Expansion Continue en MLS

Le premier exemple est celui d’un stade, sujet si tendancieux dans le soccer nord-américain. Louisville City, un modèle des franchises USL, qui n’a jamais réellement pensé à rejoindre la MLS, construit actuellement une enceinte de presque 12.000 places, moderne et en plein centre-ville, à l’image de ses ambitions. Indy Eleven et le FC Tulsa ont pour objectif de faire de même dans les prochaines années, tout comme le Tacoma Defiance. Le tout grâce à la confiance des municipalités pour des projets stables, grâce aux revenus par la vente de billets qui augmentent et ceux reçus grâce aux ventes de joueurs. Certes, ce dernier facteur reste minime comparé aux mouvements entre différents échelons de divisions européennes, cependant, l’USL commence à exporter ses talents en Europe et en Amérique du Nord, comme James Musa, parti du Phoenix Rising à Minnesota ou Adam Jahn, l’attaquant de Phoenix, acquis par Atlanta pour 100.000$ – une somme dérisoire pour la MLS, mais record pour l’USL. Le marché se développe et il commence à y avoir de réelles chances pour des joueurs de D2 d’intégrer un jour la MLS, même si ce dernier levier existait auparavant mais seulement via les équipes réserves de MLS.

Lire Aussi : Ces 5 Joueurs des Divisions Inférieures qui se sont le mieux adaptés à la MLS

USL_OCSCRangers_Rangers
Via Rangers FC

Les franchises USL continuent aussi à grandir grâce aux aides venant de l’extérieur. Plusieurs d’entre elles ont des partenariats avec des équipes MLS sans être des réserves mais certaines vont au-delà. En Janvier 2019 les Tampa Bay Rowdies, une franchise stable et puissante des divisions inférieures, a notamment annoncé un partenariat avec Norwich City FC, le club de deuxième division anglaise. Au-delà des couleurs similaires, les Rowdies et les Canaries ont l’ambition de se prêter des joueurs pour former et continuer la progression de jeunes, ainsi que de s’échanger des conseils au niveau des entraîneurs et des propriétaires. Un partenariat gagnant-gagnant qu’Orange County SC veut imiter. Auparavant affilié avec le Los Angeles FC, Orance County est connu pour être un vivier californien extrêmement riche en talents. C’est sûrement ce qui a poussé le géant écossais des Rangers FC à se lier avec le club américain. Alors que le sport explose aux Etats-Unis et que la Californie aime former des jeunes, l’expertise écossaise est un moyen pour Orange County de développer ses joueurs de meilleure façon, sans les perdre gratuitement quand les grosses écuries européennes toquent à leur porte. C’est un bon moyen d’attirer les projecteurs sur la ligue, qui a eu du mal à émerger dans le paysage médiatique national malgré des joueurs comme Didier Drogba ou Joe Cole sur les terrains ou Tim Howard et Landon Donovan sur le banc cette année.

La confiance de la ligue est telle qu’elle ose même concurrencer la Major League Soccer sur certains territoires. Il y a quelques mois, des rumeurs d’une franchise en plein centre-ville de Chicago avaient posé de nombreuses questions : la USL peut-elle être plus populaire que la MLS dans une ville où le Fire n’arrive pas à attirer l’attention de la population à cause de son stade en banlieue et d’une gestion chaotique ? Finalement, l’accord est tombé à l’eau, mais a prouvé qu’avec un positionnement intelligent et un bon marketing, il n’y a pas de raison pour laquelle l’USL ne pourrait pas s’imposer dans des territoires où la MLS est présente. « Le meilleur exemple pour ça, c’est The Miami FC [le The est bien dans le nom officiel], il va être intéressant d’observer comment cette franchise, connue dans les divisions de soccer nord-américain arrive en USL la même année que l’Inter Miami débarque en MLS », décrit Rueter. « La franchise de Beckham va jouer à Fort Lauderdale, à plus de 60 kilomètres de Miami : si tu n’as pas de voiture, c’est impossible d’y aller, si tu es le genre de citadin qui se déplace en transports en commun ou en Uber, tu n’y iras tout simplement pas. The Miami FC joue dans Miami. C’est une opportunité gigantesque pour ce club, qui est une marque assez reconnue de Miami et du soccer américain [le club a joué en NASL quelques années et remporté de nombreux titres de divisions inférieures] pour s’établir et concurrencer l’Inter Miami ». Une franchise qui peut pousser d’autres à s’implanter ? « À Chicago, les rumeurs n’ont pas abouti et maintenant que le Fire a trouvé un nouveau stade en centre-ville, cela semble assez improbable, mais il y a en effet des territoires où la USL peut s’implanter. Je pense à Boston ou Denver par exemple, puisque le New England Revolution et les Colorado Rapids ont des stades qui sont très, très éloignés des villes et c’est dans ces marchés que tu peux t’engouffrer ». Cela pourrait être notamment le cas en 2021, lorsque le Queensboro FC de David Villa, futur club de USL Championship dans le quartier du Queens à New-York, arrivera dans la ville qui ne dort jamais. Alors que les Red Bulls sont en banlieue et que le NYCFC joue dans le stade, exécrable pour le soccer, des Yankees, cette franchise pourrait séduire une nouvelle population.

Lire Aussi : Le Chicago Fire à la Recherche d’une Nouvelle Identité

The Miami FC n’a pas peur de son identité locale: la preuve avec leur ambassadeur qui n’est autre que … Pitbull !

Avec cette peur qui s’estompe, la ligue qui est progressivement de plus en plus stable, les clubs qui remplissent leurs stades et font parler d’eux grâce à un marketing inventif, peut-on voir dans un futur à moyen-terme la USL s’opposer à la MLS sur son propre terrain et conquérir le cœur des supporters nord-américains ? « C’est compliqué comme situation. La USL a maintenant dix ans d’expérience et il y a probablement la tentation d’essayer de se disputer le statut de Division 1 avec la MLS, mais en réalité il y a quand même de trop nombreux liens entre les deux entités et un respect mutuel pour les accomplissements de l’un et de l’autre pour que ça s’effectue », pense Rueter. « Ce qui pourrait arriver, si la USL continue sa progression et son envie d’innover en termes de marketing, c’est de réaliser un projet qui se trame depuis plusieurs mois : l’instauration d’un système de promotion et de relégation entre la Championship et la League One. C’est un objectif officiel de la ligue et je serais surpris si ça n’arrive pas d’ici trois à cinq ans. Les revenus télévisés seront probablement là lors de la course à la promotion, même si c’est au début juste un club qui monte et un qui descend. À partir de cela, la USL pourrait attirer des fans plus traditionnels de soccer, qui seraient très attirés par l’idée de la « Pro/Rel » plutôt que des ligues fermées et je pense que de nombreuses personnes tomberaient amoureux de l’authenticité de la ligue. Il y a donc peut-être un moyen de continuer à garder une croissance intéressante sans pour autant concurrencer la MLS sur son propre territoire ».

Le lien entre la MLS et l’USL auquel Jeff Rueter fait référence, est notamment lié à la présence de nombreuses réserves de franchises MLS qui sont actuellement implantées en USL. Rien qu’en Championship, ils sont neuf à être des propriétés de franchises de première division, avec en plus, cinq clubs « affiliés », qui ont un partenariat privilégié avec d’autres entités de MLS. En League One, ils sont six (cinq réserves et un affilié), c’est-à-dire la moitié de la troisième division.

A la fin de saison 2019, plusieurs médias reportaient que la USL voulait « reléguer » les réserves vers la League One et ce, pour plusieurs raisons. Premièrement, certaines ne font aucun effort pour promouvoir leur équipe réserve dans leur communauté, les doter d’un stade et d’une identité pure. Cela se traduit en des affluences pitoyables comme dans celles des New-York Red Bulls, du LA Galaxy, du Philadelphie Union ou du Sporting Kansas City, qui avaient toutes en 2019 une affluence moyenne inférieure à 1000 spectateurs par match. Deuxièmement, certaines ne font aussi que très peu d’efforts sur le terrain, comme la réserve de Seattle, le Tacoma Defiance, qui termina avant-dernière de la conférence Ouest avec une moyenne d’âge inférieure à 20 ans. C’est un beau projet de faire jouer les jeunes de l’académie, mais contre des franchises qui jouent sérieusement le titre en USL, ça n’aide pas le développement de la ligue. Enfin, certaines franchises – encore une fois, Tacoma par exemple – « trichent » parfois en envoyant quelques joueurs MLS lors des semaines où l’équipe première ne joue pas. Ainsi, Seattle a envoyé en 2019 lors d’un match contre Sacramento une dizaine de joueurs de l’équipe première, et remporta le match qui sera la seule victoire en 18 matchs entre mars et juillet. Bien entendu, Sacramento ne l’a pas bien pris et la ligue n’est pas du tout supportrice de ces changements incessants d’effectif.

USL_SoundersatHeart_Tacoma
Le Tacoma Defiance, réserve d’une franchise MLS (Seattle) mais marketée comme l’équipe de sa région, Tacoma, en banlieue de Seattle (via Tacoma Defiance)

Cependant, la USL a rapidement été confrontée à deux problèmes concernant la potentielle relégation des équipes réserves de la MLS en League One (bien que quelques-unes l’ont fait volontairement). Premièrement, deux des trois derniers champions sont des réserves MLS. Les New-York Red Bulls 2 et les Royal Monarchs (réserve de Salt Lake City) font partie des franchises les plus dominantes de la ligue et impressionnent chaque année, étant bien au-dessus du niveau de la League One. Deuxièmement, certaines réserves comme les Royal Monarchs ou le Tacoma Defiance possèdent leurs propres identités, logos ou stades et ne se considèrent donc pas comme de simples « équipes réserves ». Tacoma par exemple est une banlieue de Seattle et se considère comme l’équipe de cette région, plus que la simple réserve des Sounders, avec son propre stade, logo et identité visuelle depuis fin 2018. Portland suit d’ailleurs ce chemin et pour la saison 2020, sa réserve ne jouera plus dans le stade MLS comme elle le faisait avant sera déplacée en banlieue de la ville, au Hillsboro Stadium.

« C’est une des grosses questions sur l’avenir de la USL, en effet », confirme Jeff Rueter. Surtout qu’une relégation offrirait également la possibilité à la deuxième division de libérer de l’espace pour des nouvelles franchises, car à 35 équipes cette année, elle frôle l’abondance. « Le Commissaire de la ligue, Jack Edward, a déjà exprimé son souhait de se limiter à environ 40 franchises en Championship. Le souci c’est qu’il y a cinq ou six groupes d’investisseurs à qui on a promis une place dans la ligue s’ils trouvaient un emplacement pour un stade, donc l’espace est limité et reléguer certains clubs en créerait. Surtout que certaines réserves comme le LA Galaxy 2, les Portland Timbers 2, même les New-York Red Bulls 2, ne font rien pour être quelque peu indépendantes : rien que dans le nom, elles sont les deuxièmes meilleures versions de leur propre club. Si tu ne fais aucun effort pour créer une identité ou gagner en indépendance, ces clubs devraient être relégués, pour faire place à des marchés intéressants comme Des Moines ou Baltimore ».

USL_ProSoccerUSA_ElPasoFireworks
Même des franchises phares de l’USL, comme El Paso, joue dans des « ballparks » de baseball (via Pro Soccer USA)

Les réserves ne sont pas les seules dans ce cas. Même si nous avons parlé des grosses franchises dans cet article comme Phoenix, El Paso ou autres, la USL avance parfois un peu trop rapidement pour certaines franchises qui y sont depuis quelques années. Les Richmond Kickers par exemple ou les Rochester Rhinos ont décidé, afin de baisser leurs coûts, de se diriger vers la League One. D’autres pourraient être forcées à le faire selon Rueter : « Certains clubs ont toujours des standards du modèle USL 1.0, comme à l’époque où la ligue était bien derrière la NASL : ces derniers s’entrainent dans des parcs publics, ne payent pas bien leurs joueurs, ne leur donnent pas d’assurance maladie… Bref, ces clubs vont devoir construire et acquérir de meilleures installations s’ils ne veulent pas être dépassés sinon, ils devront passer par une relégation ou une relocalisation ». Si des franchises anciennes comme Charleston et Charlotte viennent en tête comme de bons exemples, le plus récent Fresno FC en est aussi un : la franchise a mis la clé sous la porte après la saison 2019 et devrait être relocalisée à Monterrey (Californie) après plusieurs polémiques sur les situations difficiles expérimentées par ses joueurs. De nombreuses franchises évoluent également dans des stades de baseball, ce qui rend les conditions de jeu lamentables notamment parmi des franchises phares comme El Paso, New Mexico ou Las Vegas. La ligue a donné une échéance de trois ans afin d’inciter ces clubs de Championship évoluant actuellement dans des « ballparks » à déménager, une décision qui devrait résoudre ce genre de problème à l’avenir.

Malgré toutes ces avancées, la USL pourrait retomber dans une « Guerre du Soccer » similaire à celle qui l’avait opposée à la NASL. En 2019, la North Independant Soccer Association a été lancée, une sorte de ligue « rebelle », qui a le statut de troisième division (comme la League One) et qui a comme particularité d’être aux antipodes du modèle financier habituel du soccer américain. En NISA, pas de frais d’expansion, par de droits territoriaux : tout le monde y est accepté, tant qu’il existe des standards professionnels et un lien avec la communauté. Des intentions louables donc, avec quelques équipes impressionnantes : on y retrouve par exemple le légendaire New-York Cosmos ainsi que les très populaires Oakland Roots, Detroit City FC et Chattanooga FC. Malheureusement, malgré ses têtes d’affiches la ligue possède de très nombreuses brebis galeuses, certains clubs n’ont même pas fini la saison 2019 et d’autres semblent très instables à l’aube de la saison 2020. La NISA a même perdu un club à la USL en début de saison, puisque The Miami FC y jouait l’an passé avant de rejoindre la ligue rivale. Jeff Rueter confirme mes doutes : « Honnêtement, je ne vois pas la NISA passer une troisième saison en 2021, malgré qu’elle ait des intentions vraiment louables. Ce n’est pas seulement mon opinion, mais aussi celui de nombreuses personnes qui travaillent autour de l’USL et même… Au sein de la NISA elle-même. La ligue est trop instable et à moins qu’elle explose, avec surprise, tous les compteurs en 2020, ce sera compliqué ».

Lire Aussi : « Redéfinir le Soccer aux Etats-Unis » This is NISA

Pour continuer dans la voie professionnelle, ces clubs seraient donc probablement voués à s’exiler vers l‘USL dans les prochaines années. Pour le Oakland Roots, ce n’est pas forcément surprenant : ses propriétaires nous avaient confirmé dans le passé que l’équipe avait déjà discuté avec la ligue. Pour d’autres comme Detroit, Chattanooga et surtout le Cosmos, ce sera très compliqué vu leur position anti-MLS. « Certes », m’explique Rueter, « mais un club comme Detroit, si la USL adopte la promotion et la relégation, possède tout de même un argument de poids tout en ayant un modèle plus « club-friendly » qui ne contrôle pas chaque décision comme le fait la MLS, ce qui en fait une alternative possible pour Detroit, Chattanooga ou même le Cosmos ». Pour Oakland, les droits territoriaux d’une possible expansion dans la Baie Californienne rendent l’opération compliquée mais en général, si la USL adopte une forme de Pro/Rel, elle devrait être plus attirante pour les clubs de NISA.

Lire Aussi : Detroit City FC : The Spirit of Detroit

La United Soccer League a de beaux jours devant elle. La concurrence de la NISA semble être le cadet de ses soucis. Son futur passe sûrement par l’auto-régulation : les installations de certains clubs et l’écart important de niveau entre les différents concurrents au départ sont des problèmes plus pressants, mais que la ligue semble vouloir régler par elle-même. D’ici cinq à dix ans, elle ne devrait plus compter qu’une poignée de stade de baseball, un début de Pro/Rel et des projets ambitieux dans tous les grands territoires américains qui n’ont pas de franchises de MLS. Certes, les débuts étaient hésitants pour la ligue, mais la USL a su grandir et pourrait devenir un échelon important pour les jeunes américains avant leur saut en MLS et en équipe nationales.
Son monopole est solide et son marketing américain séduit un public déçu, jusque-là, du sérieux de certaines franchises de première division. Elle permet à de nombreuses régions et villes, dans l’entièreté du territoire américain, d’avoir une équipe locale à supporter. C’est un excellent facteur pour développer le sport dans tout le pays, avec un aspect communautaire qui pourrait l’aider à suppléer des franchises de MLS dans certaines villes.

3 Replies to “Jusqu’où ira la Fulgurante Ascension de la USL ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s