Utah Valley University (UVU), une Soccer School en émergence dans l’Utah

Notre voyage au sein du College Soccer ne s’arrête jamais à Culture Soccer. Après vous avoir fait découvert une facette insoupçonnée de la Soccer City USA par l’University of Portland, notre route nous amène cette fois-ci dans l’Utah. L’Utah est une région phare du soccer universitaire féminin aux États-Unis. Pendant longtemps les femmes ont monopolisé l’attention avec le programme de Brigham Young University ou bien celui de The University of Utah, mais depuis maintenant sept ans l’intérêt de cette région pour le soccer masculin s’est éveillé par l’intermédiaire de l’Utah Valley University (UVU).

UVU_1
Via Utah Valley University

Le programme de UVU est tout récent dans le College Soccer puisqu’il a débuté dans le circuit en 2014. Cet ajout était discuté depuis de nombreuse années. Il prend officiellement forme le 9 octobre 2012, en même temps que l’université annonce avoir acceptée l’invitation de rejoindre la Western Athletic Conference (WAC), car elle avait jusque-là un statut indépendant (non-affilié à une conférence). Au moment de cette annonce, il n’existe plus d’équipe de soccer masculin en NCAA DI dans l’Utah depuis bien des années. L’addition d’un tel programme sportif est une opportunité pour Utah Valley de devenir la maison du soccer collégial masculin de l’Utah. Selon un article de UtahValley360 daté de juillet 2014, il nous rapporte qu’environ 48 000 jeunes pratiquent le soccer dans la région et qu’il y avait une vraie attente autour du retour du programme masculin en NCAA DI. Le département sportif, ayant annoncé cet ajout, débute ensuite la rude tâche de nommer le tout premier entraîneur de son histoire.

Le mariage Utah Valley-Greg Maas, un deal gagnant

Le 27 février 2013 le département athlétique annonce la nomination de Greg Maas qui devient le premier entraîneur de l’histoire du programme.

UVU_2
Via Utah Valley University Athletics

Greg Maas était en charge des moins de 17 ans de l’académie du Real Salt Lake et a connu la position de directeur technique de l’Utah Youth Soccer Association (UYSA). Son expérience dans le coaching et sa connaissance du soccer dans la région ont été les éléments les plus appréciés. Cette acquisition est un choix fort dans les ambitions du département sportif pour le soccer et il ne se trompera pas. Avec son 4-2-3-1 et son ingéniosité dans le recrutement, Greg Maas amène les Wolverines à un succès précoce, que l’on peut qualifier d’exploit à cette période pour un programme naissant.

  • Une saison inaugurale réussie pour un bilan de 9 victoires, 7 défaites, 2 nuls avec la 14ème meilleur moyenne d’affluence du pays pour 1750 fans.
  • Aucune saison avec un bilan négatif en 3 ans pour un record de 38 victoires, 17 défaites et 5 nuls.
  • Première sélection au NCAA Tournament en 2015 et finaliste du tournoi de conférence de la WAC la même année.
  • En 2016 il obtient la 17ème meilleur classe de recrutement selon Top Drawer soccer et remporte le titre de champion de la saison régulière de la WAC

Cependant, les trois saisons qui se suivent ne vont pas être de tout repos. Les blessures et le départ de nombreux joueurs en tant que missionnaires mormons vont freiner le développement du programme. Les missionnaires mormons sont des volontaires qui partent pour un service religieux pour une mission d’une durée de deux ans. Ils sont nombreux dans l’Utah, un état dont la population est composée à 55% de mormons. Un entraîneur qui possède des missionnaires mormons doit (en principe) maintenir la bourse qu’il avait offert. Il faut donc recomposer un effectif, anticiper le retour des missionnaires et être plus scrupuleux dans les bourses qui sont octroyées, ce qui limite l’apport de recrues de qualité. Certains d’entre-eux étaient des joueurs clés de l’effectif, d’autres avaient un gros potentiel alors que certains auraient pu devenir de futures recrues. N’ayant ni les moyens, ni l’aura des programmes majeurs durant ces trois années, Greg Maas ne possède plus autant les mains libres et se confronte à une fin abrupte de sa génération dorée.

UVU_3
Via Real Salt Lake

Durant cette première année de transition, Utah Valley manque pour la première fois de son histoire le tournoi de la WAC et finit avec un bilan négatif. La seconde année n’est guère mieux mais les Wolverines se qualifient pour le tournoi de conférence et finissent sous un bilan neutre. Dans la troisième année, Utah Valley voit enfin le bout du tunnel. Les joueurs ayant acquis plus d’expérience et les missionnaires enfin tous de retour, les Wolverines connaissent leur meilleure saison depuis 2016 pour un bilan de 12 victoires, 6 défaites, 3 nuls ainsi qu’une accession à la finale du tournoi de la WAC. Ce retour en forme tombe à point nommé car le College Soccer a cette particularité de ne pas faciliter la renaissance rapide d’une équipe mineure après qu’elle ait connu une mauvaise année. Il est donc difficile de renouer avec le succès avant une longue période de disette. Réussir cette prouesse en un temps record démontre que Greg Maas est toujours l’homme de la situation.

Maintenant qu’il a les mains déliées, il va pouvoir mettre à profit cette année vécue pour construire définitivement le programme à son image.

Une identité de Soccer School qui tarde à s’affirmer.

Depuis son installation, le soccer ne fait que croître en intérêt à UVU et ne possédant pas de football (américain), nous sommes en droit de nous demander si l’université ne s’identifie pas plus comme une Soccer School qu’une école de basketball.

Dans le classement des tribunes, Utah Valley table sur une foule moyenne de 1 700 fans ces six dernières saisons et n’a jamais quitté, de son histoire, le Top 16 des affluences en College Soccer. Leurs ‘Home Openers’ (match d’ouverture à domicile) sont devenus plus populaires que ceux du basketball. Depuis son ouverture, le soccer masculin table sur une moyenne de 3 554 fans pour cet événement, au contraire du basketball qui affiche une moyenne de 3 303 fans. L’engouement n’est pas seulement dû à la nouveauté du programme, ni au succès précoce qu’il a obtenu, mais plutôt à ce qui a été construit autour. Le Cycle Field, stade d’une capacité de 2 800 places assises a la réputation d’être un lieu inconquis pour un Home Opener. En six saisons, toutes les rencontres ont été remportées et des équipes nationalement référencées telles que Washington ou encore Akron sont tombées ici.

Hors de l’aspect sportif, des structures ont également été mises en place, ou sont en cours de l’être :

  • Un partenariat avec l’académie du Real Salt Lake.
  • La mise en service de quatre nouveaux terrains de soccer.
  • La construction d’un nouveau stade qui verra le jour en 2021.
  • En plus de la plateforme de streaming de la conférence, les matchs sont également retransmis sur YouTube pour offrir une diffusion au plus grand nombre.

Le soccer est pris au sérieux, peut-être bien plus que le basketball si l’on se réfère à ce tweet.

On constate que les fans suivent fidèlement leur équipe mais l’engouement qui existe n’a pas encore atteint son plein potentiel, empêchant pour le moment l’UVU de s’affirmer en tant que Soccer School. La récession qu’a connu le programme a retardé son émergence. Maintenant que le staff est en pleine possession de ses moyens, c’est l’objectif qu’il va falloir atteindre. C’est donc via le recrutement de la saison 2020 que débute leur mission.

  • Jamie Dunning, 18 ans: classé 4 étoiles et 60 ème meilleur joueur américain de sa promotion selon Top Drawer Soccer, c’est un ancien joueur de l’académie du FC Dallas évoluant au Sparta Rotterdam, qui, auparavant, a fait un an dans l’académie du FC Feyenoord avec les U17. Il a connu des sélections nationales en équipe de jeunes américaine et canadienne. Droitier évoluant en tant qu’ ailier offensif gauche ou milieu axial, il se distingue grâce à ses qualités techniques, sa percussion, sa vitesse et sa capacité à pouvoir animer le jeu. Il est le joueur phare de ce recrutement.
  • Erwin Martinez, 19 ans : Le défenseur central vient d’une académie réputée pour sa formation aux Etats-Unis, celle du Real Salt Lake. Il a notamment connu une expérience avec l’USMNT U-18. Le joueur est très mature dans son jeu, dur sur l’homme, possède une bonne aisance avec le ballon, un positionnement intelligent et une relance de qualité. C’est un joueur complet démontrant qu’il est déjà prêt pour le niveau collégial et jouera aura un rôle très tôt en tant que titulaire. Erwin Martinez est classé 3 étoiles selon Top Drawer Soccer.
  • Stephane Giorgi, 21 ans : Il est le premier français de l’histoire des Wolverines. Ce milieu défensif se distingue dans l’organisation du jeu en apportant verticalité, jeu au sol et jeu en une ou deux touches de balle. Il possède une bonne aisance et n’explose pas au contact pour ressortir les ballons sous la pression.
  • Cameron Weston, 20 ans : Le joueur anglais est un transfert de Iowa Lakes Community College en NJCAA. C’est un latéral droit qui peut jouer défenseur central et qui a connu une expérience en D4 anglaise, ce qui apportera de la rigueur et dureté dans un groupe qui en manquait dans des rencontres clés. Son apport offensif n’est pas à sous-estimer car il est capable de débloquer une situation à tout moment sur coup de pied arrêtés et pas seulement.
  • Shae Wirt, 18 ans : Ce jeune gardien est un ex-académicien du club MLS du Sporting de Kansas City. Il joue actuellement au TOCA FC qui possède une académie pour gardien. Shae Wirt a connu plusieurs distinctions individuelles et Top Drawer Soccer le classe 2 étoiles.
  • Erik Lyons, 22 ans : le natif de San Diego est un ailier de formation capable de jouer en pointe mais aussi latéral. Il arrive de St. Mary’s College (en Californie), un récent top programme dans le paysage du soccer universitaire qui a connu ces deux dernières années années 3 défaites pour 34 victoires et 1 nul. Erik Lyons a été un membre majeur dans l’invincibilité des Gaels en 2018. Sa polyvalence apportera de la profondeur dans un effectif en manque d’options dès qu’une blessure se présentait.
  • Eli Nixon, 18 ans : Eli Nixon est un natif de la région du Utah. C’est attaquant est membre de l’Olympic Development Program (ODP) d’Utah. L’ODP est une sélection des meilleurs joueurs de l’US Youth soccer Association qui représente leur état.
  • Joe Wren, 18 ans : Venant d’Hawaï, Joe Wren est un défenseur central classé 2 étoiles selon Top Drawer Soccer.

Les fans des Utah Valley vont pouvoir s’identifier à aux talents recrutés. Ce groupe démontre que, même après trois saisons difficiles, le programme attire toujours les meilleurs joueurs. Plusieurs Freshman dans la liste sont de sérieux candidats pour remporter les différentes distinctions individuelles dans leur catégorie et devenir un jour professionnel. On retrouve ces espoirs en Jamie Dunning, Erwin Martinez et Stéphane Giorgi, tous attendus pour figurer dans le 11 des Wolverines. Cameron Weston et Erik Lyons deux arrivants en transferts sont plus attendus pour apporter leur leadership afin de ramener ce programme au NCAA Tournament et de l’installer durablement sur la scène nationale. Ce sont des aspects très importants aux yeux des fans afin de juger si le programme avance dans la bonne direction et en cohérence avec le projet de l’entraîneur. Le staff peut se satisfaire grandement de ce recrutement.

Maintenant tout cela doit se retranscrire sur le terrain et la conception du calendrier sera déterminante pour que les fans des Wolverines fédèrent autour de cette équipe pour un jour remporter un titre national. Utah Valley University est en position pour se révéler comme l’une des nouvelles Soccer School du pays.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s