Documentaires sur le Soccer Américain (Deuxième Partie)

En cette période de confinement qui touche le monde entier, Culture Soccer se permet de vous conseiller trois autres documentaires qui ont pour sujet le soccer américain.

Lire Aussi : Des Documentaires sur le Soccer Américain (Première Partie)

Aujourd’hui, nous vous emmenons une fois encore dans trois mondes complètement différents mais qui font la beauté du soccer en Amérique du Nord. Le premier documentaire, plutôt amateur, montre toutes les difficultés auxquelles font face les équipes d’expansion. Le deuxième, un des plus connus sur le ballon rond, suit un entraîneur issu de la MLS dans une des pires nations membres de la FIFA. Enfin, le troisième est un film parfait pour tous ceux qui veulent amener une franchise dans leur ville et montre la culture intense que possèdent les fans de soccer en Amérique du Nord.

Chivas USA, Si se puede – Sergio Guerrero (2005)

Le Chivas USA est une des nombreuses bizarreries que la Major League Soccer a créée pendant sa jeune histoire. Nous vous avions fait connaître sur notre site la genèse du projet et son échec retentissant. L’histoire d’un des clubs mexicains les plus connus au monde, Chivas Guadalaraja, qui s’installe à Los Angeles, une ville conquise d’avance grâce à sa population mexicaine. Nos recherches s’étaient basées en partie sur un documentaire sorti à l’époque, Chivas USA : Si se puede (Oui, on peut), qui suit l’entraîneur Thomas Rongen et son équipe pendant la difficile première présaison de l’histoire de la franchise. En effet, le Chivas USA arrive en Major League Soccer en 2005 et construire une équipe d’expansion s’avère être une tâche compliquée, encore plus dans ce club pas comme les autres. Rongen doit faire face à la fracture culturelle qui se crée entre les jeunes de son équipe, envoyés par le club principal au Mexique, les jeunes recrues américaines comme Brad Guzan (qui était déjà chauve à 20 ans) et les autres recrues venant du monde entier. Le documentaire fait parfaitement prendre conscience aux spectateurs de la difficulté du monde du soccer, en particulier dans les Etats-Unis du milieu des années 2000. Les jeunes adolescents, venus du Chivas mexicain, expriment face à la caméra leurs difficultés d’adaptation à la vie américaine, que ce soit pour trouver un logement ou pour comprendre les consignes de l’entraîneur. En réalité, seuls trois joueurs présents dans le documentaire, Guzan, Ezra Hendrickson et Ryan Suarez, semblent comprendre l’anglais et donc, le coach. La présaison est cauchemardesque avec des revers au Mexique, la blessure du gardien de but titulaire et une lourde déconvenue face à un groupe remanié de la sélection américaine sur le score de 7 à 0. De plus, le joueur désigné Ramon Ramirez fera vivre un cauchemar au staff de Chivas USA, mais nous vous laisserons la surprise du pourquoi lors du visionnage. Le documentaire est passionnant, car il montre toutes les difficultés que peuvent créer un vestiaire divisé. La barrière de la langue ou la division entre des générations peuvent faire perdre la main à un entraîneur qui, pourtant, avait déjà été titré dans la ligue. Disponible gratuitement sur YouTube, c’est une excellente porte d’entrée pour découvrir les coulisses du monde de la MLS.

Next Goal Win – Mike Bret & Steve Jamison (2014)

Celui-là est une star des documentaires sur le foot. Certes il n’a pas particulièrement de rapport avec l’Amérique du Nord, mais il y a pourtant deux raisons pour lesquelles il est proche du monde de Culture Soccer. Premièrement, on y suit la sélection des Samoa Américaines, qui n’est certes pas un état du pays de l’Oncle Sam et qui possède sa propre constitution, mais qui reste un territoire organisé légalement rattaché aux Etats-Unis. Deuxièmement, les spectateurs y suivent les péripéties de Thomas Rongen, le même entraîneur que dans le documentaire précédent. L’histoire est touchante : après une très, très lourde défaite face à l’Australie sur le score de 31 à 0 en 2001 avec une équipe B (qui, d’ailleurs, scellera le choix des Australiens de s’en aller jouer dans la fédération asiatique et non plus océanique), les Samoa Américaines entreront dans une spirale de mauvais résultats durant une décennie. En 2011, à l’approche des qualifications pour la Coupe du Monde 2014 et grâce à des partenariats avec les Etats-Unis, la Fédération arrive à décrocher Thomas Ronger, ancien entraîneur en MLS et joueur en NASL, comme nouveau sélectionneur. L’équipe est loin d’être dans des conditions favorables pour ne serait-ce qu’avoir une défaite acceptable. Les joueurs sont pires qu’amateurs, les conditions d’entrainement effroyables à cause de divers caprices météorologiques et, sans surprise, le moral est à zéro. Rongen, émouvant du début à la fin, remettra de l’ordre dans cette équipe. Tout d’abord en y amenant des Américains, originaires des Samoa, même parfois sans y avoir mis les pieds, ainsi que des joueurs amateurs des quatre coins du globe. Puis en entrainant son effectif qui, certes, n’a pas le niveau mais possède un moral et une envie comme nul autre. Le documentaire suit différents personnages intéressants de cet effectif comme Nicky Salapu, le gardien et un des seuls professionnels de cette équipe, qui encaissa les 31 buts face à l’Australie, mais aussi Johnny Saelua. Ce fa’afafine, un troisième sexe accepté culturellement en Polynésie, défenseur central, est le premier athlète transgenre à jouer dans un match officiel de la FIFA. L’objectif pour Rongen et ses joueurs est d’enregistrer une première victoire historique. En effet, avant un match crucial face aux Tonga, les Samoa Américaines ont perdu leurs 30 matchs officiellement joués sous l’égide de la FIFA, avec un score cumulé de 229 à 12. La tâche est dantesque pour l’entraîneur néerlandais et nous vous laissons le suspens lors du visionnage. Le documentaire est en tous cas souvent cité comme l’un des meilleurs sur le ballon rond et une adaptation cinématographique est en cours par Taika Waititi, récemment oscarisé pour Jojo Rabbit, avec Michael Fassbender dans le rôle de Rongen.

Sons of Ben – Jeffrey C. Bell (2016)

Dans les sports américains, malgré une culture des fans évidente, les décisions qui importent dans les grandes ligues sont indéniablement prises par les dirigeants qui les gouvernent. En 2007 pourtant, un groupe d’une dizaine de personnes à Philadelphie a décidé de ne pas attendre des investisseurs quelconques et pour fonder un groupe de supporters d’une équipe de MLS… qui n’existe pas encore. La ligue n’avait pourtant aucune intention de s’y installer mais cela n’a pas d’importance pour les Sons of Ben, le groupe en question. Le documentaire suit cette équipe de fanatiques qui agit pêle-mêle entre coups de génies et moments de folie pour se faire connaître. Petit à petit, malgré les problématiques, le groupe se construit. Ils vont ensemble à la MLS Cup 2007, une coupe disputée entre New England et Houston. En tribunes, ils sont une cinquantaine à scander « Phi-la-del-phia », entre des fans du Revolution et du Dynamo complètement incrédules. Voilà la beauté du documentaire. Ils expliquent comment une poignée de quadragénaires, à peine une vingtaine, ont réussi peu à peu à recruter autour d’eux en bravant toutes les peurs. Le film regorge de belles histoires, tous les membres du groupe sont spéciaux et en ont bavé avant de voir des investisseurs finalement reprendre le projet. A la moitié du documentaire, ce dernier change d’aspect : les investisseurs sont là mais veulent dorénavant investir à… Chester. Une ville connue pour sa criminalité, sans aucun intérêt pour les soccer moms habituellement ciblées par la MLS. Là encore, les Sons of Ben s’activent et se lancent dans des actes de charité de grande envergure pour aider Chester et rendre la ville attirante aux yeux des nouveaux supporters de l’Union mais aussi de ses propres habitants. Alors qu’aujourd’hui de nombreux mouvements de supporters tentent une approche similaire, en particulier en Canadian Premier League, ce film est à montrer à tous ceux qui pensent la MLS comme une ligue uniquement axée sur le business. Il est touchant, comme tous les fans interviewés, et fait de l’Union un club à part où les supporters sont écoutés par les dirigeants, puisque ce sont eux qui les ont fait venir à Philly.

One Reply to “Documentaires sur le Soccer Américain (Deuxième Partie)”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s