[Gold Cup 2021] Le Canada en quête de reconnaissance

Longtemps dans l’ombre au sein de la zone Concacaf malgré ses deux victoires aux éditions 1985 et 2000 de la Gold Cup, l’équipe nationale canadienne commence à sortir de l’anonymat grâce à ses stars européennes telles que Alphonso Davies du Bayern de Munich et à moindre mesure, Jonathan David à Lille en Ligue 1. Qualifiée pour le dernier tour de qualification pour la Coupe du Monde 2022 au Qatar, Équipe Canada gravit les échelons lentement mais sûrement depuis la nomination de John Herdman en janvier 2018.

Lors de la dernière édition en 2019, le Canada a terminé deuxième de son groupe derrière l’ogre mexicain avant de se faire surprendre par Haïti en quarts de finale dans un match qui restera dans les annales du soccer canadien. Après avoir mené 2-0 à la mi-temps sur des buts de Lucas Cavallini et Jonathan David, l’Unifolié a concédé trois buts face aux Grenadiers qui ont mis fin aux grands espoirs canadiens. Louangé par certains quant à son organisation et sa vision sur le long terme et critiqué par d’autres qui lui reprochent un manque de savoir tactique, John Herdman aura pour mission de montrer son meilleur visage lors de la Gold Cup 2021.

Lire aussi : [Gold Cup 2021] Les Etats-Unis à la recherche de profondeur

L’effectif

Source : Canada Soccer Twitter


Pour arriver à ses fins, l’entraineur anglais a convoqué la meilleure équipe possible sans prendre de risques inutiles et se retrouver avec de grosses blessures pour des joueurs clés. Plusieurs pièces importantes manqueront à l’appel comme Jonathan David, resté à Lille pour soigner une blessure contractée lors du dernier rassemblement, Atiba Hutchinson qui, du haut de ses 38 ans, a cruellement besoin de repos après son année dantesque avec Besiktas, le gardien de but Milan Borjan (Belgrade) ou le milieu de terrain David Wotherspoon (St Johnston) qui seront en pleine campagne de qualification européenne avec leurs clubs respectifs. D’autres joueurs, tout aussi importants, ne seront pas du voyage non plus comme Liam Miller, transféré de Liverpool à Bâle ou Scott Arfield dont la dernière sélection remonte au 16 novembre 2019 et la défaite du Canada aux États-Unis sur le score de 4-1. Pour quelle raison? Nul ne le sait mais certaines rumeurs mentionnent le manque de motivation d’Arfield à jouer pour les Rouges. Pour ne rien arranger à tout ça, le Canada a appris le forfait de dernière minute d’Alphonso Davies, blessé à la cheville durant la semaine précédant le tournoi.

Malgré toutes ces absences, le groupe choisi a tout de même fière allure et devrait pouvoir compétitionner avec les plus grandes nations de la zone Concacaf. Parmi les oubliés de la liste, les expérimentés Ashtone Morgan, Derek Cornelius et Tesho Akindele, les excellents Zachary Brault-Guillard et Sam Adekugbe ou même les jeunes loups bourrés de talent comme Noble Okello, Ralph Priso, Luke Singh, Michael Baldisimo ou Jayden Nelson. Une fois n’est pas coutume, la Première Ligue Canadienne n’est pas représentée dû au contexte pandémique qui n’a pas permis aux joueurs d’avoir beaucoup de temps de jeu depuis la fin de la saison 2019. Dommage diraient certains puisque la ligue regorge de jeunes talents prêts à en découdre au plus haut niveau. Enfin, malgré un travail colossal réalisé par Herdman et son staff avec les binationaux depuis sa prise de fonction, le sélectionneur n’a toujours pas réussi à convaincre Marcelo Flores, jeune attaquant de 17 ans qui joue du côté d’Arsenal mais qui, selon certains échos, privilégie un appel de la sélection mexicaine qui tarde à venir et Daniel Jebbison, excellent en Première Ligue Anglaise avec Sheffield United cette année, qui ne semble pas prêt à faire un choix.

Difficile de savoir quel sera le onze de départ de John Herdman durant la compétition mais la présence de Maxime Crépeau dans les buts semble une évidence et a été confirmée à demi-mots par le sélectionneur lors de sa conférence de presse. Le gardien des Whitecaps a été extraordinaire à Vancouver et a souvent permis à son équipe de récolter des points en MLS. Derrière lui, le jeune Dayne St. Clair, le gardien de Minnesota qui a choisi le Canada au lieu de la Trinité-et-Tobago, sera à sa première expérience dans ce genre de tournoi et Jayson Leutwiler qui joue à Huddersfield Town en Angleterre aura le rôle du grand frère du haut de ses 32 ans.

En défense, la blessure de Davies pose problème puisque le sélectionneur ne devrait pas reconduire son système hybride 3-5-2/3-4-2-1 qui permettait au joueur du Bayern d’avoir autant de responsabilités défensives qu’offensives. Le plus judicieux serait de revenir à une défense à quatre avec Alistair Johnston sur la droite, Richie Laryea sur la gauche et le tandem Scott Kennedy-Kamal Miller au centre mais, connaissant le « béguin » que Herdman a pour Doneil Henry et Steven Vitoria, ce serait tout autant possible de les voir titulaires en défense centrale.

Au milieu de terrain, le trio Mark-Anthony Kaye, Stephen Eustaquio et Jonathan Osorio a donné entière satisfaction lors des derniers matchs de l’équipe mais Herdman a tendance à changer les joueurs au milieu selon la force de l’adversaire en face. Samuel Piette et Liam Fraser pourront très bien faire leur marque et s’installer durablement au sein du onze de départ. De son côté, Osorio a encore tout à prouver après le début de saison calamiteux de Toronto FC en MLS et ses performances en demi-teinte lors du dernier rassemblement. La surprise du chef reste tout de même le jeune de 23 ans Harry Paton, qui évolue du côté de Ross County en première division écossaise, et qui pourrait aussi grapiller des minutes ici et là et “gagner en expérience en évoluant auprès de joueurs de grande classe à l’entrainement” selon les dires du sélectionneur.

Lire aussi : Samuel Piette, le mal aimé

Le poste de milieu offensif semble prédestiné à Osorio à part si Herdman décide de donner les clés du jeu à Junior Hoilett qui a plus l’habitude de jouer sur l’aile mais peut facilement faire le travail à ce poste ou à Cyle Larin qui pourrait jouer un rôle de support à l’attaquant de pointe. Sur les ailes, Herdman à l’embarras du choix avec Tyler Pasher de Houston qui dispute un tonitruant début de saison, Junior Hoilett comme mentionné plus haut, dont le contrat à Cardiff City vient tout juste de prendre fin et les jeunes sensations Theo Corbeanu des Wolves en Première Ligue Anglaise et Tajon Buchanan qui est en feu avec le Revolution de la Nouvelle-Angleterre cette année. Finalement, en pointe, les combinaisons font légion avec Lucas Cavallini, Cyle Larin ou Ayo Akinola qui a préféré représenter le Canada aux États-Unis.

Lire aussi : Jonathan David, un Canadien à Pierre Mauroy

Les adversaires du Groupe B

Source : Twitter Gold Cup

Le plus gros challenge sera le grand rival étatsunien qui, malgré l’absence de ses plus grandes stars, a un effectif très talentueux mais surtout un ascendant psychologique assez fort. Pour en savoir plus, c’est ici.

Sinon, Haïti se dressera une nouvelle fois devant les Rouges cette année. Après l’humiliation de 2019, les canadiens vont vouloir prendre leur revanche comme ils l’ont fait lors des derniers matchs des qualifications pour la Coupe du Monde. Les Grenadiers ont toujours les mêmes attaquants dangereux qui avaient éliminés le Canada en 2019, en l’occurrence Duckens Nazon et Frantdtzy Pierrot. Haïti a le talent, la technique et l’agressivité nécessaires pour poser de nombreux problèmes au collectif canadien.    

Enfin, la Martinique sera l’adversaire le moins huppé de ce groupe, mais, attention de ne pas les prendre à la légère puisqu’ils se sont qualifiés pour une troisième Gold Cup d’affilée et voudront démontrer qu’ils méritent et qu’ils ont la capacité de passer un cap.

Le sélectionneur John Herdman (photo via Waking the Red)

Objectif

Le Canada ne peut plus se permettre de se cacher derrière les mastodontes que sont les États-Unis et le Mexique. L’ambition serait de remporter la compétition ou au moins d’atteindre le carré d’as (demi-finale). L’Unifolié devra trouver un moyen de finir devant une de ses deux bêtes noires que sont les États-Unis et Haïti afin de passer le premier tour et rejoindre les quarts de finale de la compétition. Arrivé là, les Rouges devraient se retrouver face au Costa Rica ou la Jamaïque si la logique est respectée, une confrontation qui sera extrêmement diffcile mais qui pourrait finalement effacer tous les doutes concernant la valeur de cette équipe en cas de victoire. Cependant, en cas d’échec, il serait étonnant de penser que l’avenir de Herdman serait menacé. En tout cas, l’engouement, quant à la participation du Canada à ce tournoi, est bel et bien à son apogée avec des partisans prêts à suivre les prochains exploits de l’Unifolié.      

Hady Raphaël

Créateur du défunt www.mlsenfolie.com et co-rédacteur en chef de Culture Soccer, je suis un observateur assidu de la MLS et la CanPL. Animateur de plusieurs podcasts sur le soccer nord-américain et consultant à la radio Médias Maghreb à Montréal. Fier partisan et abonné de saison de l'Impact de Montréal

One thought on “[Gold Cup 2021] Le Canada en quête de reconnaissance

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s